VISITE PAPALE EN TOSCANE


Cité du Vatican, 13 mai 2012 (VIS). Benoît XVI s'est rendu ce matin en visite pastorale à Arezzo dans la région italienne de Toscane, où il a été accueilli par le Président du gouvernement italien et par les autorités locales, avant de célébrer la messe devant quelque 30.000 personnes au Parc du Prato, situé derrière la cathédrale. La première lecture, a-t-il dit à l'homélie, nous montre un moment important dans lequel se manifeste l'universalité du message chrétien et de l'Eglise: saint Pierre, dans la maison de Cornélius, baptise les premiers païens. Dans l'Ancien Testament, Dieu avait voulu que la bénédiction du peuple juif ne restât pas exclusive, mais qu'elle soit étendue à toutes les nations… Ainsi le geste accompli par Pierre devient une image de l'Eglise ouverte à l'humanité entière. En suivant la grande tradition de votre Eglise et de vos communautés, soyez d'authentiques témoins de l'amour de Dieu envers tous!".
Après avoir évoqué les grandes figures de l'Eglise locale, de saint Donat au bienheureux Grégoire X enterré dans la cathédrale, le Pape a encouragé les fidèles du XXI siècle à rester le "ferment de la société...et des chrétiens cohérents". "La ville d'Arezzo exprime dans son histoire millénaire des cultures et des valeurs... Cette terre où sont nés de grands personnages de la Renaissance, de Pétrarque à Vasari, a pris activement part à l'affirmation de cette conception de l'homme qui a marqué l'histoire de l'Europe, en mettant l'accent sur les valeurs chrétiennes... Pour l'Eglise en Italie, engagée cette dernière décennie sur l'éducation, nous devons nous demander, surtout dans la région qui est la patrie de la Renaissance, quelle vision de l'homme est-on en mesure de proposer aux nouvelles générations. La Parole de Dieu que nous venons d'écouter est une forte invitation à vivre l'amour de Dieu envers tous, dans la solidarité, l'attention aux plus faibles, le respect de la dignité de chacun, qui sont quelques-unes des valeurs de la culture de cette terre... Etre solidaire avec les pauvres, c'est reconnaître le projet de Dieu créateur qui a fait de tous une seule famille".
Benoît XVI a ensuite évoqué la crise économique qui sévit aussi dans cette région. "La complexité des problèmes permet difficilement de trouver des solutions rapides et efficaces pour sortir de la situation actuelle qui touche spécialement les franges les plus faibles de la population et qui préoccupe de nombreux jeunes. L'attention aux autres, depuis les siècles passés, a poussé l'Eglise à être solidaire avec qui est dans le besoin, en partageant ses ressources, en encourageant des styles de vie plus essentiels, en s'opposant à la culture de l'éphémère qui a tant trompé, provoquant une profonde crise spirituelle. Que cette Eglise diocésaine, enrichie par le témoignage lumineux du Poverello d'Assise, continue d'être attentive et solidaire envers qui en a besoin, mais qu'elle sache aussi éduquer aux dépassements de logiques purement matérialistes qui marquent souvent notre époque et finissent par brouiller notre sens de la solidarité et de la charité! Le témoignage de l'amour de Dieu dans l'attention envers les derniers se conjugue aussi avec la défense de la vie, depuis son commencement jusqu'à son terme naturel. Dans votre région, l'assurance à tous de la dignité, de la santé et des droits fondamentaux est justement perçue comme un bien auquel on ne peut renoncer. La défense de la famille, à travers des lois justes et capables de protéger aussi les plus faibles constitue toujours un point important pour maintenir un tissu social solidaire et offrir des perspectives d'espérance pour l'avenir. Comme au Moyen-âge, les statuts de vos villes étaient des instruments pour assurer à beaucoup des droits inaliénables, qu'aujourd'hui aussi l'engagement pour promouvoir une ville au visage toujours plus humain se poursuive. C'est là que l'Eglise apporte sa contribution pour que l'amour de Dieu soit toujours accompagné de l'amour du prochain", a conclu le Saint-Père.