Vibrant plaidoyer du Pape en faveur du mariage

2012-03-09 Radio Vatican

C’est un discours particulièrement vigoureux que Benoît XVI a adressé, ce vendredi matin, à un groupe d’évêques des Etats-Unis en visite ad limina. Benoît XVI très préoccupé par la crise que traverse la famille, menacée notamment par les tentatives de modifier la définition légale du mariage. Pour le Pape, il en va de l’avenir de la communauté humaine tout entière.
Ecoutez

Le Pape n’hésite pas à pointer du doigt les puissants courants politiques et culturels qui tentent d’altérer la définition légale du mariage, conçu comme l’union d’un homme et d’une femme. Il déplore avec force la pratique répandue du concubinage de la part de couples qui ne se rendent pas compte qu’il s’agit d’un péché grave qui, de surcroit, menace la stabilité de la société. Il exhorte l’Eglise à résister à ces pressions et à défendre résolument le mariage, institution naturelle, enracinée dans la complémentarité des sexes et orientée à la procréation. Or Benoît XVI constate qu’il y a eu des carences, ces dernières années, au niveau catéchétique et dans la communication de la doctrine de l’Eglise catholique sur le mariage et la chasteté. D’où l’urgence de mettre au point des normes pastorales et liturgiques claires pour une digne célébration du mariage, susceptible d’offrir un témoignage sans ambigüité des exigences de la morale chrétienne. Le sacrement du mariage est indissoluble – a martelé le Pape – les différences sexuelles dans la définition du mariage ne peuvent pas être considérées comme insignifiantes. En dépit des erreurs qui ont été commises en son sein, au cours dernières décennies, l’Eglise ne doit pas renoncer à sa mission historique d’éduquer les jeunes pour contribuer ainsi à consolider les familles et à assurer la solidarité entre les générations. Pour Benoît XVI, il en va de l’avenir de la société tout entière.
**********
Enfin, le Pape n’a pas manqué de féliciter les évêques américains. Dans leurs diocèses, les paroisses, les écoles, les organisations ecclésiales, des personnes sont proches des couples en crise, des divorcés, des mères célibataires, de celles qui voudraient avorter, des mineurs qui souffrent à cause de l’éclatement de leur famille.