Communiqué de la Secrétairerie d’Etat demandant le plein respect des droits fondamentaux et la suspension de l’Assemblée constituante vénézuélienne

Cité du Vatican – Fides publie intégralement le Communiqué provenant de la Secrétairerie d’Etat du Saint-Siège.
Le Saint-Siège exprime à nouveau sa profonde préoccupation suite à la radicalisation et à l’aggravation de la crise en République bolivarienne du Venezuela, caractérisée par une augmentation du nombre des morts, des blessés et des détenus. Le Saint Père, directement et par l’intermédiaire de cette Secrétairerie d’Etat, suit de près cette situation et ses implications humanitaires, sociales, politiques, économiques mais aussi spirituelles et assure de sa constante prière pour le pays et pour tous les vénézuéliens, alors qu’il invite les fidèles du monde entier à prier intensément à cette intention.
Dans le même temps, le Saint-Siège demande à tous les acteurs politiques, et en particulier au gouvernement, d’assurer le plein respect des libertés et droits fondamentaux, ainsi que de la Constitution en vigueur ; que soient évitées ou que soient suspendues les initiatives en cours, telles que la nouvelle Constituante qui, au lieu de favoriser la réconciliation et la paix, fomentent un climat de tension et d’affrontement et hypothèquent l’avenir ; que soient créées les conditions en vue d’une solution négociée cohérente avec les indications exprimées dans la lettre de cette Secrétairerie d’Etat du 1er décembre 2016, en tenant compte des graves souffrances du peuple faisant suite aux difficultés à se procurer de la nourriture et des médicaments, ainsi qu’au manque de sécurité.
Le Saint-Siège adresse, enfin, un appel éploré à l’ensemble de la société afin que soit conjurée toute forme de violence, invitant en particulier les forces de sécurité à s’abstenir d’un usage excessif et disproportionné de la force.