Une majorité à l'Assemblée pour Emmanuel Macron

2017-06-19 Radio Vatican

(RV) On attendait un «raz de marée» en France pour la République en Marche au second tour des législatives…Il y a bien eu déferlante mais moins importante qu’annoncée. Le parti du président Emmanuel Macron et son allié du Modem obtiennent sans surprise une large majorité à l’Assemblée nationale: 350 sièges, loin devant le bloc Les Républicains-UDI avec 131 sièges. Les rangs des socialistes ont eux littéralement fondu et passe à seulement 29 élus devant la France Insoumise et les communistes dont 27 candidats ont été élus. Enfin, le Front national progresse, avec huit députés.

Si les instituts de sondage avaient montré leur fiabilité lors des élections présidentielles, les résultats de ce second tour des législatives montrent que leurs projections de 400 à 450 sièges pour la République en Marche étaient exagérées. Dominique Reynié, directeur général de la Fondation pour l’innovation politique, revient au micro d'Olivier Bonnel sur les premiers enseignements de ce scrutin.

L’assemblée nationale française a donc un nouveau visage, inédit, avec de nombreux députés novices en politique. Ils ont profité de la popularité d’Emmanuel Macron tout autant que d’une volonté de rompre avec les caciques de droite comme de gauche. Mais les Français ont néanmoins résisté à la tentation d’un renouvellement radical si l’on en juge par l’élection de Marine le Pen et Jean-Luc Mélenchon, poids lourds de la vie politique. Voici l’éclairage de Daniel Boy, directeur de recherche au Cevipof, le centre de recherches politiques à Sciences-Po Paris.

(SBL-OB)

(Tratto dall'archivio della Radio Vaticana)