Un weekend consacré à la Divine miséricorde au Vatican

2016-03-30 Radio Vatican

(RV) Rome se prépare à accueillir le jubilé des baptisés qui vivent de la spiritualité de la Divine miséricorde et des mouvements qui s’en inspirent. Une veillée de prière aura lieu samedi 2 avril 2016 à 18 heures sur la place Saint-Pierre. Le lendemain, octave de Pâques et dimanche de la Divine miséricorde, le Pape François célébrera la messe à 10h30, toujours sur la place Saint-Pierre.

Parallèlement, le 3° Congrès européen de la Miséricorde s’ouvrira ce jeudi 31 mars 2016 à Rome et s’achèvera le 3 avril, en présence notamment du cardinal Christoph Schönborn, archevêque de Vienne, et du Père Patrice Chocholski, recteur du sanctuaire d’Ars, respectivement président et secrétaire des Congrès mondiaux apostoliques de la miséricorde.

La miséricorde politique en Europe, un thème d'actualité

Avant de faire l’objet d’un jubilé extraordinaire, la miséricorde est un sujet de dévotion et d’apostolat décliné en congrès nationaux, continentaux et mondiaux. Ces initiatives ont été lancées à la suite de la mort de Jean-Paul II survenue le 2 avril 2005, la veille du dimanche de la miséricorde divine, fête que le pape polonais avait lui-même instituée durant le jubilé de l’an 2000.

L’Année sainte en cours va donc accueillir un Congrès apostolique européen. Des délégations du monde entier, dont le Nigeria, sont attendues. Il y aura également des musulmans, des sikhs et des bouddhistes. La rencontre aura lieu en l’église Sant’Andrea Della Valle, confiée aux pères Théatins. Le programme prévoit notamment la participation de témoins de la miséricorde en Europe.

La charité pour vaincre les peurs

L’Organisation des Cités de la compassion dans le monde dira comment vivre la miséricorde dans la société, notamment après des réfugiés et des pauvres. Mais surtout, le Congrès mettra en avant la figure de Robert Schuman. Le père Joseph Jost, vice-postulateur de sa cause de béatification, donnera une conférence sur Robert Schumann et la miséricorde politique en Europe, un thème plus actuel que jamais.

Comment ne pas penser au défi des réfugiés ? «Le danger est que chacun se retire dans ses limites, que reviennent les barrières et les murs», souligne le cardinal Schönborn. «L’Europe vit un moment critique et l’Eglise peut contribuer à la maintenir unie. La charité peut vaincre les peurs et les nouveaux nationalismes qui semblaient dépassés». La rencontre prévoit aussi une lectio divina à partir de la miséricorde dans un passage biblique. «La miséricorde, souligne le Père Chocholski, c’est l’Eglise en mouvement plus qu’un mouvement dans l’Eglise». C’est un thème très important pour toute l’Eglise et pour le dialogue interreligieux, ajoute le cardinal Schönborn. «Il ne s’agit pas seulement d’une dévotion, mais d’un apostolat, de la charité active, d’où l’importance des témoignages. La lutte contre la corruption, par exemple, c’est une œuvre de miséricorde». Comme l’affirmait Jean-Paul II, seule la miséricorde peut mettre un frein à l’inondation du mal.

Lundi, une rencontre des coordinateurs aura lieu en l’église Santo Spirito in Sassia, sanctuaire de la miséricorde à Rome. Des congrès mondiaux ont déjà été célébrés à Rome en 2008, à Cracovie en 2011 et à Bogota en 2014 ; le prochain aura lieu à Manille en janvier 2017.

(Tratto dall'archivio della Radio Vaticana)