Tuerie au Texas : l’épiscopat dénonce la violence insensée des armes à feu

2017-11-07 Radio Vatican

(RV) Les réactions de responsables religieux se multiplient après l’attentat qui a frappé une église baptiste du Texas dimanche 5 novembre 2017. Un homme a ouvert le feu à Sutherland Springs, à une soixantaine de kilomètres de San Antonio, faisant 26 morts et plus de 20 blessés.

«Nous avons besoin de prières», a indiqué l’archevêque de San Antonio, Mgr Gustavo Garcia Siller, évoquant un acte «insensé», qui «ne sera jamais totalement compris» et qui le laisse sous le choc : «il ne peut pas y avoir d’explications ou de motifs pour de telles scènes d’horreur survenues dans une petite église de village où étaient réunies des familles pour louer Jésus Christ.» Mgr Garcia Siller a invité les Caritas locales à se mettre au service des blessés et de leurs familles, et l’ensemble des chrétiens à se faire «lumière dans l’obscurité».

Le président de la conférence épiscopale américaine, le cardinal Daniel DiNardo, a lui aussi fait part de sa proximité envers les victimes et l’Église baptiste. «J’étends mes prières et les prières de mes frères évêques aux victimes, aux familles, aux secours, à nos frères et sœurs baptistes, enfin à la communauté de Sutherland Springs toute entière.» Revenant sur ce drame «incompréhensiblement tragique», l’archevêque de Galveston-Houston (également au Texas) a souligné que ce n’était pas le premier massacre de masse à se produire dans une église aux États-Unis, et s’est montré ferme sur la question des armes à feu. «Nous devons accepter l’idée qu’il existe un problème fondamental dans notre société. Une culture de vie ne peut tolérer et doit empêcher la violence insensée des armes à feu, sous toutes ses formes», a assuré le cardinal DiNardo.

Réactions des baptistes de France et de l’université d’al-Azhar

Plusieurs voix se sont également faites entendre à l’international. La Fédération des Églises évangéliques baptistes de France a exprimé sur Facebook «sa tristesse et sa compassion», invitant à la prière «pour et avec» la communauté visée.

Parmi les autres réactions religieuses, à noter la condamnation de l’acte criminel par l’université d’al-Azhar, la principale autorité de l’islam sunnite dans le monde. Dans une déclaration officielle citée par l’agence Fides, l’université estime que les actes de violence qui «profanent la sainteté des lieux de culte et anéantissent des vies innocentes menacent la stabilité et la sécurité du peuple». Elle considère que l’épanchement de sang innocent «est interdit par l’ensemble des religions», quelles que soient la race et la religion des victimes.

(SBL, avec agences)

(Tratto dall'archivio della Radio Vaticana)