Topographie de l’esprit (26 mai 2017)

PAPE FRANÇOIS

MÉDITATION MATINALE EN LA CHAPELLE DE LA
MAISON SAINTE-MARTHE

Topographie de l’esprit

Vendredi 26 mai 2017

(L'Osservatore Romano, Édition hebdomadaire n° 024 du 15 juin 2017)

Il existe trois «lieux de référence» dans la vie de chaque chrétien: la «Galilée», le «ciel» et le «monde». A ceux-là correspondent autant de mots — «mémoire, prière et mission» — qui identifient le chemin de chacun. Telle est la «topographie de l’esprit» définie par le Pape. En suivant les lectures liturgiques, il a d’abord souligné que Jésus, au cours des quarante jours écoulés entre la résurrection et l’ascension, «restait auprès des disciples: il leur enseignait, les accompagnait, les préparait à recevoir l’Esprit Saint... Il leur donnait la force». Ce sont précisément les Ecritures qui indiquent «trois lieux de référence de notre chemin chrétien, trois mots qui indiquent comment doit être notre chemin». Le «premier mot» est «Galilée». Il est dit «à la première apôtre, Madeleine: “Dis aux disciples d’aller en Galilée”». Il s’agit d’un terme de «référence», riche de significations pour les disciples. En effet, en Galilée «a eu lieu la première rencontre avec Jésus, c’est le lieu où Jésus les a rencontrés, choisis, leur a enseigné dès le début, les a invités à le suivre». Un «lieu» qui revient aussi dans la vie de chaque chrétien: «Chacun de nous a sa propre Galilée». C’est le moment où nous avons rencontré Jésus, où il s’est manifesté, où nous l’avons connu et avons eu cette joie, cet enthousiasme à le suivre». Chacun a sa Galilée différente de celle des autres. La Galilée indique pour chacun «la grâce de la mémoire» car «pour être un bon chrétien, il faut toujours avoir la mémoire de la première rencontre avec Jésus ou des rencontres suivantes». Ce sera cela «au moment de l’épreuve» qui donnera «la certitude». Le «deuxième mot que l’on rencontre dans cette «topographie de l’esprit» idéale est «ciel». On le rencontre dans le passage où l’on raconte l’ascension du Seigneur. Le ciel est «là où est Jésus à présent, mais il ne s’est pas détaché de nous; physiquement oui, mais il est toujours relié à nous pour intercéder pour nous». Là, Jésus montre au Père «les plaies, le prix qu’il a payé pour nous, pour notre salut». Donc, «de même qu’il était nécessaire de rappeler la première rencontre avec la grâce de la mémoire, nous devons demander la grâce de contempler le ciel, la grâce de la prière, le rapport avec Jésus dans la prière, qui en ce moment nous écoute, est avec nous». Et comme à Paul, il dit: «N’ai pas peur, je suis avec toi». Enfin, le troisième mot: le «monde». Toujours dans l’évangile de l’ascension, on lit que Jésus dit aux disciples: «Allez dans le monde et faites des disciples». De là nous comprenons que «la place du chrétien est le monde pour annoncer la parole de Jésus, pour dire que nous sommes sauvés, qu’il est venu pour nous donner la grâce, pour nous emmener tous avec lui devant le Père». Voilà alors définie la «topographie de l’esprit chrétien». Il s’agit de «trois lieux de référence de notre vie: la mémoire (la Galilée), la prière, l’intercession (le ciel) et la mission, aller dans le monde». Il a ajouté: «un chrétien doit aller dans ces trois dimensions et demander la grâce de la mémoire». Puis il faut «prier, regarder le ciel parce qu’il est là, pour intercéder». Enfin, «aller en mission»: témoigner de l’Evangile, faire savoir aux gens qui est Jésus». Cela se fait «à travers le témoignage et la parole, parce que si je dis comment est Jésus, comment est la vie chrétienne et que je vis comme un païen, cela ne fonctionne pas. La mission n’est pas efficace». En synthèse, «la Galilée de la mémoire, le ciel de l’intercession et de la prière, la mission dans le monde». Et «si nous vivons ainsi la vie chrétienne, notre vie sera belle, et joyeuse». Une conséquence présente dans la dernière phrase de Jésus dans l’évangile du jour (Jn 16, 20-23): «Ce jour, le jour où vous vivrez la vie chrétienne ainsi, vous saurez tout et personne ne pourra ôter votre joie». Donc: «mémoire, prière, mission».