Synode sur les jeunes: la synthèse des contributions françaises

2017-11-08 Radio Vatican

(RV) Dans le cadre de la préparation du synode des évêques d’octobre 2018 sur «les jeunes, la foi et le discernement des vocations» une large consultation des responsables pastoraux des diocèses, mouvements et communautés a été lancée après parution du document préparatoire.

110 réponses ont été reçues, dont 69 émanant de diocèses. Après approbation du Conseil permanent de la Conférence des évêques de France, une synthèse nationale de ces réponses a été adressée à Rome. Elle a été présentée, le 7 novembre 2017, à Lourdes.

L’ensemble des contributions évoquent d’abord les défis nombreux posés aux jeunes dans la société actuelle. Une société mouvante en évolution rapide, une société sécularisée et plurielle et une société particulièrement complexe, qui génère inquiétude et insécurité.

Les 16-29 ans ont soif de spiritualité

Dans une société en manque de repères, les jeunes expriment un grand besoin d’accompagnement spirituel, ils demandent à être guidés et écoutés. Face au manque d’accompagnateurs, des formations sont nécessaires pour les acteurs en pastorale.

L’Eglise, peut-on lire également dans cette synthèse, rejoint particulièrement les jeunes quand elle répond à leur besoin premier d’être écoutés. Ils ont soif de sens et de spiritualité. Ils ont besoin d’être acteurs et décideurs de projets, en lien avec les prêtres et les équipes pastorales. Beaucoup de jeunes déplorent le peu de place qui leur est accordé dans les paroisses et leurs instances décisionnelles.

Les jeunes veulent être accueillis et écoutés avec bienveillance par les prêtres

Les jeunes catholiques engagés ou peu pratiquants demandent par que l’Église soit exemplaire et cohérente, ouverte sur le monde, relationnelle et non institutionnelle, qui les écoute sans jugement. Ils veulent aussi des prêtres disponibles et proches, qui les accueillent avec bienveillance. Ils attendent par ailleurs une Eglise phare qui propose des repères et offre des formations solides.

L’éveil vocationnel peu porté par les pastorales des jeunes

Concernant la pastorale des vocations et l’accompagnement spirituel, on observe dans les réponses à la consultation, que la vision de la vocation est souvent réduite à la prêtrise et à la vie religieuse.

Dans le contexte actuel, la société et les familles sont méfiantes à l’égard d’une vie donnée dans le célibat. L’éveil vocationnel est peu porté par les pastorales des jeunes, l’enseignement catholique et les familles qui privilégient la réussite professionnelle et scolaire.

Mgr Pontier exhorte les jeunes à avoir l’audace d’affirmer leur foi paisiblement

Dans son discours de clôture de l’Assemblée plénière des évêques de France, Mgr Georges Pontier, archevêque de Marseille et président de la Conférence des évêques de France, a observé que la synthèse des réponses au questionnaire reçu «a décrit une génération en recherche de sens, soucieuse d’avoir des repères, généreuse aussi dans ses engagements». «Nous n’oublions pas, affirme t-il, que ces jeunes sont divers ; que si certains ont une vie relativement facile, d’autres sont marqués par le handicap, les difficultés à trouver un travail, la fragilité des liens familiaux. Nous voulons redire à tous qu’ils sont le présent de notre Église et la richesse de notre société».

 Mgr Pontier invite les jeunes «à prendre toute leur place dans nos communautés, à avoir l’audace d’affirmer leur foi paisiblement dans la recherche d’un dialogue qui sera toujours fécond. Avec le Pape François, nous leur renouvelons notre confiance: ils sont les piliers d’un monde à venir où le respect de la création et de l’autre seront des réalités tangibles».  

«Toute cette riche consultation, lors du Synode, a, pour sa part, noté Mgr Laurent Percerou, évêque de Moulins (Allier) et membre du Conseil pour la pastorale des enfants et des jeunes de la Conférence des évêques de France, permettra aux évêques délégués par leur conférence épiscopale de réfléchir à la manière dont l’Eglise pourra faire découvrir aux jeunes qu’ils sont aimés de Dieu en ce temps qui est le nôtre, appelés par Lui à donner du sens à leur vie en se mettant au service de leurs frères, à la suite du Christ».

(HD)

(Tratto dall'archivio della Radio Vaticana)