Point de vue : Philippe Ariño, homosexuel catholique, sur le "mariage pour tous"

2012-11-16 Radio Vatican

Voici venue l’heure de la mobilisation régionale pour les catholiques de France : samedi 17 novembre, la « Manif pour tous », à l’initiative de plusieurs collectifs et associations, -« humanité durable » avec l’humoriste Frigide Barjot, « plus gay sans mariage » avec le militant UMP athée et homosexuel Xavier Bonchibault, « la Gauche pour le mariage républicain », etc.- réunira les opposants au « mariage pour tous », décidés à peser dans le débat sur le projet de modification du mariage civil, en faveur des couples homosexuels.

La conférence épiscopale se refuse à soutenir officiellement cette initiative ; mais l’appel lancé par le Cardinal Vingt-Trois, président de la Conférence, lors de l’Assemblée plénière à Lourdes avait été on ne peut plus clair : aux chrétiens de réagir, de se manifester, de se mobiliser et de sensibiliser leurs élus.

Tous les homosexuels ne sont pas favorables au mariage gay

L’appel a visiblement été entendu : la mobilisation en vue de cette manifestation, notamment via les réseaux sociaux, ne faiblit pas.

Des voix s’élèvent, à l’intérieur même du monde homosexuel, pour dénoncer les motivations avancées par les défenseurs du « mariage pour tous ». Philippe Ariño, professeur d’espagnol, essayiste, homosexuel catholique, est une de ces voix ; il nous explique les raisons de son opposition au « mariage pour tous ».

Philippe Arino répond aux questions de Manuella Affejee.

Cette manifestation, qui se veut être pacifique, pluraliste, et non partisane, débutera à 14h30. 15 villes sont concernées, parmi lesquelles Paris, Lyon, Marseille, Montpellier, Bordeaux ou encore Nantes et Rennes.