Les migrants au coeur de la visite du cardinal Parolin en Macédoine

2016-03-21 Radio Vatican

(RV) « On ne peut pas abandonner à eux-mêmes les pays exposés en première ligne aux flux des migrants ». Le secrétaire d’État du Saint-Siège l’a affirmé lors de sa toute récente visite en Macédoine, alors que la route des Balkans est bloquée. Le 15 mars, la Macédoine,  qui a fermé ses frontières aux migrants sans papiers, a pris unilatéralement la décision de renvoyer en Grèce des migrants entrés illégalement sur son territoire.

Le cardinal Pietro Parolin, qui s’est entretenu avec le président macédonien et avec le Premier ministre par intérim, a souligné que pour résoudre la crise migratoire actuelle, il fallait favoriser une approche basée sur la solidarité et les rapports humains.

« Nous devons voir les migrants comme des personnes en difficulté » a-t-il dit, « des hommes, des femmes, des enfants soumis à des privations et qui ont besoin d’aide. Pour parvenir à une solution humaine et juste, il faut instaurer un dialogue entre les pays d’origine, les pays de passage et les destinations finales privilégiées par les réfugiés ».

Visite d'un camp de réfugiés

Evoquant l’exemple d’une fille du pays : Mère Teresa de Calcutta, née à Skopje, la capitale macédonienne, le secrétaire d’État a souhaité que l’Europe donne une réponse commune et généreuse à cette tragédie humanitaire. « Il ne faudrait pas, a-t-il averti avec inquiétude, que le droit humanitaire n’ait plus sa place en Europe ». Joignant le geste à la parole, le cardinal Parolin a effectué une visite émouvante dans un camp de réfugiés où il a pu s’entretenir avec des personnes désespérées contraintes de fuir leur pays, dont une mère qui a perdu ses deux filles en essayant de passer clandestinement.

Pendant sa visite en Macédoine, il s’est par ailleurs félicité de l’attention accordée par les autorités locales à la minorité catholique qui ne compte que quelque 20 000 fidèles et de la bonne volonté dont elles font preuve pour résoudre les questions en suspens.

Après la Macédoine, la Bulgarie

Deuxième étape de sa tournée, la Bulgarie où il restera jusqu’à mardi pour des rencontres avec le patriarche orthodoxe bulgare Neofit, avec le Grand mufti et les autorités politiques. Dimanche, le secrétaire d’État a consacré la cathédrale de Sofia. Consacrée à la Dormition de la Vierge, cette église est le cœur de l’Exarchat apostolique des catholiques de rite byzantin en Bulgarie. Il a par ailleurs visité une autre église byzantine construire sur un terrain acquis par le futur pape Jean XXIII lorsqu’il était délégué apostolique en Bulgarie. Le cardinal Parolin n’a pas manqué d’encourager le dialogue œcuménique et interreligieux et de rendre hommage à l’héroïsme des catholiques bulgares pendant le communisme. Aussi bien la Bulgarie que la Macédoine ont invité le Pape François à venir les visiter. « J’essaierai d’être un messager convaincant », a assuré le secrétaire d’État. (XS-RF)

(Tratto dall'archivio della Radio Vaticana)