Les médecins, « témoins de la culture de vie »

2013-09-20 Radio Vatican

Le pape François s’est adressé vendredi matin aux membres de la Fédération internationale des associations des Médecins catholiques, qui se sont rencontrés à Rome.

Il les a mis face à ce qu’il considère une « situation paradoxale » : le souverain Pontife constate d’une part les progrès de la médecine, grâce au travail des scientifiques. Mais d’autre part, il craint « le danger » auquel fait face le médecin : qu’il « perde sa propre identité de serviteur de la vie ». « Bien qu’étant par leur nature au service de la vie, les professions sanitaires sont parfois induites à ne pas respecter la vie elle-même », selon les mots de François.

Cet aspect étant « contradictoire », l’Eglise fait donc appel « à la conscience de tous les professionnels et les volontaires » : « Les choses ont un prix et son vendables, explique le pape, mais les personnes ont une dignité, elles valent plus que les choses et non pas de prix. Pour cela, l’attention à la vie humaine dans son ensemble est devenue ces derniers temps une vraie priorité du Magistère de l’Eglise ».

L’efficacité par l’amour et l’attention

Pour François, « chaque enfant qui n’est pas né, mais qui est condamné injustement à être avorté, a le visage du Seigneur ». Un enfant qui, « encore avant la naissance, a expérimenté le refus du monde. Et chaque personne âgé, même si elle est infirme ou en fin de vie, porte en soi le visage du Christ. On ne peut pas les mettre de côté ! »

A la lumière de cette réflexion, le pape a invité les médecins catholiques « à être des témoins et des diffuseurs de cette culture de vie ». Les invite aussi à contribuer à reconnaître dans le vie humaine la « dimension transcendante, l’empreinte de l’œuvre créatrice de Dieu, depuis le premier instant de sa conception ».

« Il n’existe pas une vie plus sacrée qu’une autre, a conclu François. Comme il n’existe pas une vie qualitativement plus significative qu’une autre. La crédibilité d’un système sanitaire ne se mesure pas selon à son efficacité, mais surtout par l’attention et l’amour envers les personnes, dont la vie est toujours sacrée et inviolable. »