Les évêques soudanais et sud-soudanais réunis à Rome

2016-01-20 Radio Vatican

(RV) Les évêques du Soudan et du Soudan du Sud se sont retrouvés à Rome ces jours-ci dans le cadre d’une rencontre organisée par la Congrégation pour l’Évangélisation des peuples. Ils ont été reçus par le Pape François ce mercredi matin. L’occasion, a indiqué l’archevêque de Juba à nos confrères de la rédaction italienne, de lui parler de la situation qui prévaut dans leurs pays : la paix qui tarde à venir, les souffrances endurées par la population, la guerre et les atrocités à grande échelle qui l’accompagnent - massacres ethniques, torture, recrutement d’enfants - mais aussi des problèmes auxquels l’Église des deux Soudan est confrontée : la question des vocations, les diocèses vacants, la subsistance du clergé local…

Le Saint-Père leur a livré quelques orientations. Les évêques l’ont invité, eux aussi, à visiter le Soudan du Sud. «Je suis prêt, leur a répondu le Pape François, je voudrais tant, mais il faut s’en remettre au Seigneur». Le Soudan du Sud, le plus jeune pays indépendant du monde, a replongé en décembre 2013 dans la guerre civile. Malgré un accord de paix signé fin août, la situation sur le terrain ne cesse d’empirer. Actuellement plus de 200 000 civils sont hébergés dans les bases de l’ONU ; des milliers de femmes ont été réduites en esclavage et violées par des soldats. Des zones restent inaccessibles aux agences humanitaires.

Au bord de l’effondrement, l’économie sud-soudanaise souffre également de la chute des prix mondiaux du brut. Le Soudan du Sud tire, en effet, l’essentiel de ses recettes du pétrole qui transite dans les oléoducs soudanais. Juba continue de dépendre des infrastructures de Khartoum pour exporter son pétrole. «Nos communautés sont bouleversées et les vies brisées par tant de violence et d’exactions», a déploré un évêque, insistant sur l’urgence de trouver une voie vers la justice, le courage et la paix.

(CV-RF)

(Tratto dall'archivio della Radio Vaticana)