Les évêques de l'Océan Indien veulent consoler les populations blessées par la violence

2017-10-09 Radio Vatican

(RV) Entretien - «Construire la paix», c’est le titre du message publié par les évêques de l’Océan indien (CEDOI), à l’issue de leur assemblée plénière aux Seychelles, en septembre dernier.

Au cours de cette session de travaux, les évêques de l’île Maurice, de la Réunion, de Rodrigues, des Seychelles, ou encore de Mayotte et des Comores se sont en effet penchés sur la question de la violence au sein des sociétés de l’Océan indien… Un phénomène présent sous de multiples formes, très souvent lié à l’exclusion économique et scolaire, qui touche à la fois les individus, les familles, les groupes, les peuples, et l’Église elle-même. «Il y a trop de coups, de meurtres, de déchirures, de souffrances, de larmes», déplorent les évêques dans ce message.

«Il reste encore du chemin à faire pour améliorer le vivre ensemble dans chaque île et entre nos îles», affirment-ils encore, soulignant toutefois une réelle et «grande aspiration à la paix» parmi les sociétés insulaires. 

Le cardinal Maurice Piat est l’archevêque de Port-Louis, à l’île Maurice. Il revient avec nous sur cette question sociétale majeure, et l’enjeu qu’elle représente pour la paix dans l’Océan indien.

Les évêques attirent également l’attention sur le drame du peuple chagossien, «chassé de leurs îles et privé de son droit de retour». Cette question est au cœur de la problématique de « l’Océan indien zone de paix ».

La jeunesse figure également au centre des préoccupations pastorales de l’épiscopat de l’Océan indien, qui réaffirme l’engagement de l’Église à leurs côtés, à l’écoute de leurs aspirations et de leurs défis.

(MA-CV)

(Tratto dall'archivio della Radio Vaticana)