Le vibrant plaidoyer du Pape François pour les enseignants

2016-03-14 Radio Vatican

(RV) «Artisans d’humanité, constructeurs de paix et de la rencontre» : c’est ainsi que le Pape François a défini les éducateurs dans un message vidéo envoyé au 4e Forum global sur l’éducation, qui s’est conclu ce lundi 14 mars 2016 à Dubaï, aux Émirats arabes unis. L’évènement, qui s’était initié le dimanche 13 mars, avait pour thème "Une plus grande responsabilité collective pour l’éducation publique", et il a été organisé par la Fondation Varkey, une entité à but non lucratif avec son siège à Londres, née pour améliorer les standards éducatifs des mineurs en difficulté dans le monde.

Que la profession d’enseignant soit la plus respectée par la société

A cette Fondation, le Pape, lui-même ancien professeur de lettres et de psychologie, a adressé ses remerciements pour qu’elle encourage les enseignants du monde entier dans leurs efforts pour «créer une société globale et durable», aussi à travers la collaboration avec les Scholas Occurrentes, le réseau international d’écoles né en Argentine par la volonté Jorge Mario Bergoglio lorsqu'il était archevêque de Buenos Aires, et qui œuvre «en faveur de l’intégration et de la paix dans le monde». «Ensemble, a dit le Souverain pontife, on pourra donner aux éducateurs la reconnaissance méritée pour le grand impact qu’ils ont sur nos vies» et rendre à leur profession sa juste position, comme «la plus respectée par la société».

Enseigner aux enfants à jouer

Dans le cours du Forum, a été remis aussi le prix "Enseignant 2016", qui est revenu cette année à une Palestinienne, Hanan Al Hroub. Élevée dans un camp de réfugiés, Hanan a créé une méthodologie d’apprentissage basée sur le jeu, pour aider les jeunes à surmonter les situations traumatisantes, et pour éduquer à la paix. En la félicitant pour «le prestigieux prix reçu», le Pape a souligné qu’un «enfant a le droit de jouer, et une partie de l’éducation consiste dans le fait d’enseigner à un enfant à jouer, parce que c’est dans le jeu que l’on apprend la socialisation et la joie de vivre».

Un peuple non éduqué est un peuple qui décline

Pour cela, a souligné François, «un peuple non éduqué, à cause de la guerre ou d’autres raisons, est un peuple qui décline» toujours plus, jusqu’à sombrer «au niveau de l’instinct». Enfin, le souhait du Pape est que «les gouvernements se rendent compte de la grandeur» du rôle des enseignants. Au terme de la diffusion du message du Pape à Dubaï a été planté un olivier, symbole de la paix.

L’expérience-pilote des Scholas Occurentes

Le 3 février dernier, au Vatican, durant l’audience accordée par François aux Scholas Ocurrentes, le ministre émirati Mohammed Al Gergawi, et le président de la Fondation Varkey, Sunny Varkey, ont invité les Scholas à organiser une expérience-pilote avec les jeunes de Dubaï. Il s’agit de la première expérience de réseau éducatif argentin dans un pays musulman.

(CV)

 

 

(Tratto dall'archivio della Radio Vaticana)