Le Synode sur la Nouvelle Evangélisation présente 58 propositions au Pape

2012-10-27 Radio Vatican

Les propositions finales de la XIII° Assemblée générale ordinaire du Synode des évêques consacrée à "la Nouvelle évangélisation pour la transmission de la foi chrétienne" ont été présentées ce samedi matin en salle du Synode puis soumises au vote des pères synodaux. Ces 58 propositions, fruit de 3 semaines de travaux, reflètent les réflexions menées en « cercles mineurs » par les 12 groupes linguistiques « dans un climat d’intense communion épiscopale, à travers la prière, l’écoute réciproque et lors des échanges spontanés ». Ce texte officiel en latin sera ensuite remis au Pape en vue de l’exhortation apostolique post synodale. Pour la première fois, sur décision de Benoît XVI une version provisoire et non officielle en anglais a été remise aux journalistes.

Le compte rendu d’Hélène Destombes

Ce Synode sur la Nouvelle évangélisation a mis en lumière le visage de l’Eglise universelle, les propositions finales ont sont le reflet. Elles s’articulent autour de 4 grands chapitres : nature de la Nouvelle Evangélisation, contexte du ministère de l’Eglise aujourd’hui, Réponses pastorales et acteurs de la Nouvelles Evangélisation. Les propositions mettent en avant la nécessité pour l’Eglise de redécouvrir sa dimension missionnaire permanente et reconnaissent que le Concile Vatican II est un instrument vital pour transmettre la foi dans un contexte de Nouvelle évangélisation.

L’accent est mis sur le droit inaliénable de chaque personne à écouter et proclamer l’Evangile. Une proclamation dans le respect absolu de tout être humain, sans aucune forme de prosélytisme. Et alors qu’aujourd’hui les défis sont nombreux : globalisation, sécularisation, indifférence ou persécutions le Synode rappelle que l’Evangile offre une vision de la vie qui n’est pas imposée mais proposée : un message de paix, de beauté et de Vérité qui peut aider les hommes à échapper à la solitude dans laquelle les sociétés post-modernes les ont placés.

Concernant les droits de l’homme : le Synode réclame que la dignité de tout être humain soit reconnue tant par le pouvoir législatif que dans la vie quotidienne. La liberté religieuse fait également l’objet d’une proposition : les pères synodaux rappellent tout d’abord qu’il s’agit d’un droit humain fondamental qui inclue la liberté de conscience et ils suggèrent la mise en place d’une commission composée de responsables de l’Eglise représentants les diverses régions du monde ou confié au Conseil Pontifical Justice et paix, pour analyser les attaques à la liberté religieuse et observer l’évolution de la liberté religieuse et de la liberté de conscience.

Comme acteurs indispensables de la nouvelle Evangélisation le rôle de la famille a été souligné, des laïcs aussi : les jeunes, qui doivent faire l’objet d’une attention particulière, les diacres et les catéchistes mais aussi les femmes invitées par les pères synodaux à contribuer à la réflexion théologique. Le synode précise également l’importance du dialogue œcuménique et interreligieux dans la Nouvelle Evangélisation. Les chrétiens sont notamment appelés à intensifier leur relations avec les musulmans. Parmi les réponses pastorales, le Synode propose une formation continue pour les prêtres et évêques, soutient la mise en place d’un plan pastoral urbain et suggère que l’initiation chrétienne soit considérée dans une perspective catéchuménale.