Le père capucin Francis Solanus, nouveau bienheureux américain

2017-11-18 Radio Vatican

(RV) L’accueil fraternel envers les autres, pauvres, marginalisés, les minorités raciales ou religieuses: ce sont les traits distinctifs de la personnalité du père Francis Solanus (1870-1957), le frère capucin béatifié ce samedi à Detroit, aux États-Unis.

Il ne s’agit pas d’un martyr, mais d’un exemple de simplicité et de dévouement dans le quotidien, dédié à la prière et au service du prochain, comme l’a souligné le cardinal Angelo Amato, préfet de la Congrégation pour les Causes des Saints :

«Le bienheureux Francis Solanus Casey a atteint la sainteté ici, aux États-Unis, en gravissant chaque jour les marches qui mènent à la rencontre avec Dieu à travers l’amour pour les frères dans le besoin. Les autres, surtout les pauvres, étaient vus pas lui non pas comme un poids ou un obstacle pour son chemin de perfection. Mais comme une voie vers la lumière de la splendeur divine.»

Sixième de 16 enfants dans une famille d’origine irlandaise, grand sportif et amateur de violon, il avait quitté très tôt les études pour exercer les métiers les plus divers, d’ouvrier agricole à boulanger, de gardien de prison à bûcheron. Ensuite, il y eut la vocation : il voulait devenir prêtre diocésain, mais sa faible formation culturelle l’en a empêché. Il lui fut donc conseillé de s’orienter vers une congrégation. Ses talents étaient autres, mais ses supérieurs s’en rendirent compte tout de suite : «pour les gens, ce sera une espèce de Curé d’Ars», dirent-ils le jour de son ordination, alors que son statut sacerdotal ne lui permettait ni de prêcher en public, ni de confesser.

Pendant 20 ans, il fut portier au couvent de Saint Bonaventure à Détroit. Beaucoup de gens faisaient la queue pour lui demander des conseils, sachant que ses prières étaient porteuses de grâces. Il passait souvent la nuit en adoration devant le Saint-Sacrement.

Le cardinal Amato rappelle que «durant la grande dépression de 1929, pour venir à la rencontre de ceux qui souffraient de la faim, il a créé avec l’aide de bienfaiteurs une "cuisine de la charité" pour offrir une soupe gratuite aux pauvres. Il sortait à la rencontre des agriculteurs et des entreprises, pour récupérer la nourriture selon cette intention.»

Il s’est finalement éteint à 86 ans. «En élevant le capucin américain aux honneurs des autels, le Pape François l’a montré à toute l’Église, comme disciple fidèle du Christ, bon pasteur. Aujourd’hui l’Église et la société ont besoin de l’exemple et de l’œuvre du père Solanus», explique le cardinal Amato.

(CV)

(Tratto dall'archivio della Radio Vaticana)