Le Pape visite Ecatepec, ville symbole du drame des féminicides au Mexique

2016-02-14 Radio Vatican

(RV) Entretien - Parmi les visites aux périphéries existentielles que le Pape François effectue lors de son voyage apostolique au Mexique, figure celle à la municipalité d’Ecatepec, dans la banlieue nord de Mexico. Il y célèbrera la messe ce dimanche matin. Cette ville dortoir, à une vingtaine de minutes en métro du centre de la capitale, est sous l’emprise de la criminalité organisée. C’est aussi le théâtre de crimes dont sont particulièrement victimes les femmes. Selon une enquête se basant sur des données statistiques de 2011, et réalisée par le journaliste mexicain Humberto Padgett, qui a compilé ses résultats dans un livre intitulé Las muertas del estado, paru aux éditions Grijalbo, 583 femmes ont été assassinées parce que femmes, et 1100 ont disparu. Ce dernier chiffre pourrait être supérieur, certaines familles des victimes n’osant pas porter plainte par peur des représailles de la criminalité ou de la stigmatisation sociale dont elles pourraient faire l’objet.

La journaliste française, Camilla Panhard, qui a vécu plusieurs années au Mexique, a mené elle aussi une enquête sur ces femmes d’Ecatepec victimes de féminicides. Elle a publié début 2016 un livre, No women’s land, publié aux éditions Les Arènes, qui revient spécifiquement sur ce phénomène en expansion depuis des années. Elle explique à Xavier Sartre que les migrantes, mais aussi les Mexicaines sont victimes de ces féminicides, dans l’indifférence générale.

Après Mexico, le Pape François se rendra au Chiapas, l'Etat le plus pauvre du Mexique, où vit la plus grand population indigène du pays. Il célèbrera une messe en utilisant trois langues indigènes. Le Saint-Père a réservé la dernière étape de son voyage à la ville frontalière de Ciudad Juarez, qui durant des années a été considérée comme la plus dangereuse au monde. Il y visitera une prison et terminera son séjour au Mexique par une messe transfrontalière à la frontière qui sépare la ville d'El Paso, au Texas, frontière que des milliers de migrants tentent chaque année de franchir.

(CV-XS)

(Tratto dall'archivio della Radio Vaticana)