Le Pape invite les nouveaux évêques au discernement

2017-09-14 Radio Vatican

(RV) Leçon magistrale du Pape François aux 115 nouveaux évêques nommés dans l’année et qu’il recevait ce jeudi midi en audience, au terme d’une formation de qui leur était dédiée cette semaine à Rome. Dans un contexte marqué par «un sens de l’auto-référentialité, où le temps des maîtres a été proclamé fini», et où pourtant l’homme continue à demander de l’aide et une «guidance paternelle pour affronter les questions dramatiques qui l’assaillent», le Pape offre un outil essentiel aux évêques : une réflexion sur le discernement spirituel et pastoral, nécessaire si on veut connaître et réaliser la volonté de Dieu. 

Le discernement en prière

La consécration épiscopale est un immense don qui n’est pas «un droit acquis » sans quoi il deviendrait «un ministère stérile». C’est un don transcendant qui repose sur «des épaules fragiles» et qu’il faut ainsi continuellement cultiver en implorant l’Esprit Saint qui «consent l’immédiate et spontanée générosité dans l’obéissance à Dieu». Seul celui qui est guidé par Dieu a l’autorité pour être proposé comme un guide pour les autres.

Le Pape invite ainsi les nouveaux évêques à prier, car «seulement dans le silence de la prière, on peut apprendre la voix de Dieu, percevoir les traces de son langage, accéder à sa vérité». Le discernement naît alors dans le cœur et l’esprit de l’évêque, «lorsqu’il met en contact les personnes ou les situations qui lui sont confiées et la Parole divine. C’est dans cette intimité que le Pasteur mature la liberté intérieure qui le rend solide dans ses choix et ses comportements».

Le discernement est une grâce de l’Esprit qui lui permet de sentir «cum ecclesia», parmi le peuple de Dieu, comme membre du peuple de dieu. L’évêque n’est ni «un patron autosuffisant, ni un pasteur solitaire peureux et isolé». Le discernement est une «action communautaire», et le Pape invite les évêques à «écouter» et «dialoguer sereinement» avec leurs frères évêques, les prêtres, les diacres, et tous ceux qui peuvent offrir une contribution utile. Les laïcs ont «le flair de la vraie infaillibilité de la foi», rappelle François qui invite les évêques à les former plutôt que de penser à leur place, en respectant leur culture et leur religiosité.

Humilité et obéissance

En rencontrant physiquement les personnes et «sans se laisser conditionner», il suggère aux évêques de «ne pas avoir peur de partager ou même de renoncer à leur point de vue personnel (quand il se montre partial ou insuffisant) pour adopter celui de Dieu». Car, ils ne doivent jamais oublier que leur mission n’est pas de porter en avant leur projet ou leur idée. Le Pape les met en garde contre le narcissisme. Il leur demande de l’humilité. «Dieu était déjà présent dans votre diocèse quand vous y êtes arrivés, il y sera quand vous vous en irez». Il leur demande également l’obéissance, à l’Evangile, au Magistère, aux normes de l’Eglise et à la situation concrète des personnes.

Le discernement, poursuit François, est «un remède contre l’immobilisme du ‘on a toujours fait ainsi’ ou du ‘prenons notre temps’. C’est un processus créatif qui ne se limite pas à appliquer des schémas (préétablis)». Il faut toujours se demander si les solutions d’hier sont encore évangéliquement valides, et ne pas être nostalgiques ou angoissé par la prestation à fournir.

«Il faut s’éduquer à la patience de Dieu et à son rythme qui n’est jamais le nôtre». Et le Pape de conclure en leur affirmant qu’ils seront jugés, tout comme lui, non sur le bilan des œuvres mises en place mais sur la croissance de l’œuvre de Dieu dans les cœurs du troupeau.

(MD)

(Tratto dall'archivio della Radio Vaticana)