Le Pape institue une commission sur le diaconat féminin

2016-08-02 Radio Vatican

(RV) Le 12 mai dernier, devant plusieurs centaines de supérieures générales majeures du monde entier réunies en Assemblée plénière, le pape François avait fait part de son intention de constituer «une commission officielle» chargée d’étudier la question du diaconat féminin. Cette commission a été instituée ce mardi, et compte 13 membres, dont 6 femmes.

Cyprien Viet

C’est donc après une «prière intense» et une «mûre réflexion», que le Pape a décidé d’instituer cette commission très attendue, qui sera présidée par Mgr Luis Francisco Ladaria Ferrer, archevêque de Tibica, secrétaire de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi. Ces membres sont spécialistes en patristique, ecclésiologie, théologie dogmatique ou spirituelle. Plusieurs parmi eux font également partie de la Commission théologique internationale, à l’instar du père Bernard Pottier, enseignant à l’Institut d’Etudes théologiques de Bruxelles. Citons encore la présence de Sœur Mary Melone, première femme à la tête d’une Université pontificale, celle franciscaine de l’Antonianum, à Rome.

Il s’agit bien d’une commission d’études, qui se penchera sur le rôle des femmes-diacres, aux premiers temps de l’Église. Le "diaconat" féminin primitif, tel qu’il a pu exister, n’était pas un ministère en vue du sacerdoce, mais un service institué, notamment, pour assister les femmes catéchumènes lors du baptême. Le sujet n’est donc pas nouveau et a déjà fait l’objet de réflexion.

En 2003 déjà, la commission théologique internationale mena une enquête historique sur la question, à la demande de saint Jean-Paul II. Un document important, intitulé Le Diaconat. Évolution et perspectives, avait été publié dans la foulée…

En 2006, Benoît XVI avait pour sa part affirmé que «plus d’espace et plus de responsabilité peuvent être confiés aux femmes dans le service ministériel».

Les propos du Pape François sur le diaconat féminin avaient eu un écho retentissant, certains médias en avaient même tiré des conclusions hâtives, affirmant que François s’était prononcé en faveur de l’ordination de femmes diacres. Ce malentendu avait nécessité une mise au point du Saint-Siège : l’ordination de femmes diacres n’est absolument pas à l’ordre du jour, encore moins celle de femmes prêtres, avait précisé à l’époque le père Federico Lombardi, rappelant que les prédécesseurs de François avaient longuement examiné cette proposition avant d’y répondre par la négative.

(CV-MA)

 

 

 

 

 

 

(Tratto dall'archivio della Radio Vaticana)