Le Pape François appelle à prier pour les victimes de l'attentat d'Istanbul

2016-01-13 Radio Vatican

(RV) Au terme de l'audience générale de ce mercredi 13 janvier 2016, le Pape François est revenu sur l'attentat perpétré mardi à Istanbul par un Syrien membre de l'État islamique, qui a fait 10 morts et 15 blessés dans le quartier de Sultanahmet, près de la basilique Sainte-Sophie et de la Mosquée bleue. Huit touristes allemands figurent parmi les victimes.

«Avant de conclure cette rencontre au cours de laquelle nous avons réfléchi ensemble sur la miséricorde de Dieu, je vous invite à prier pour les victimes de l’attentat survenu hier à Istanbul», a déclaré le Saint-Père. Il a souhaité «que le Seigneur, le Miséricordieux, donne paix éternelle aux défunts, réconfort à leurs proches, fermeté solidaire à toute la société», et appelé à ce que Dieu «convertisse le cœur des violents».

Dès hier, le cardinal Pietro Parolin, secrétaire d’Etat du Saint-Siège, avait exprimé, la douleur du Vatican, assurant que «le meilleur médicament face à ces maux est toujours la miséricorde». 

La Turquie face au risque de déstabilisation

La Turquie a fait face à une multiplication d'actes terroristes depuis que l'armée turque est entrée en offensive l'été dernier contre les djihadistes de l'État islamique, et surtout contre les milices kurdes du PKK, brisant le processus de paix enclenché dans les années 2000. La capitale politique du pays, Ankara, avait été visée par un attentat qui avait fait plus d'une centaine de morts le 10 octobre dernier, près de la gare centrale, lors d'une manifestation du parti pro-kurde HDP.

Mais c'est la première fois depuis plus de 12 ans qu'une attaque de grande ampleur touche la ville d'Istanbul, poumon économique, culturel et touristique de la Turquie. Les dernières attaques à Istanbul remontaient aux 15 et 20 novembre 2003. Elles avaient alors visé des synagogues, le consulat britannique et un immeuble de la banque HSBC, et fait 58 morts, dont le consul britannique. 

Le Pape François s'était rendu à Istanbul les 29 et 30 novembre 2014, circulant près du lieu frappé ce mardi 12 janvier. Les autorités turques avaient alors déployé un important dispositif de sécurité pour assurer une visite sans incident, huit ans après celle de Benoît XVI et 35 ans après celle de Jean-Paul II. Durant son séjour à Istanbul, qui faisait suite à une escale politique à Ankara où il avait rendu visite au président Recep Tayyip Erdogan, le Pape François avait notamment rencontré les réfugiés chrétiens ayant fui les conflits syrien et irakien, ainsi que le patriarche de Constantinople Bartholomée 1er.

(CV)

(Tratto dall'archivio della Radio Vaticana)