Le Pape enjoint les mouvements populaires à prendre soin du prochain

2017-02-17 Radio Vatican

(RV) La 4ème Rencontre mondiale des mouvements populaires s’est ouverte jeudi 16 février 2017, à Modesto en Californie. L’événement est parrainé par le nouveau dicastère pour le développement humain intégral, et son préfet, le cardinal ghanéen Peter Turkson, présent sur place. Dans un message adressé aux participants, le Pape François les invite à suivre l’exemple du Bon samaritain, en refusant de classer «qui est un prochain et qui ne l’est pas».

Comme il l’avait fait lors de la précédente rencontre internationale, qui s’était tenue à Rome le 5 novembre 2016, le Pape dénonce d’abord «un système qui cause d’énormes souffrances à la famille humaine, en prenant simultanément d’assaut la dignité des personnes et notre Maison Commune».

Ainsi ce système économique maintient «l’invisible tyrannie de l’argent» au service d’une minorité. Le Saint-Père critique l’ «attitude hypocrite» qui consiste à «regarder ceux qui souffrent sans les toucher, les filmer en direct, en parler par euphémismes et avec une apparente tolérance», sans rien faire «pour guérir les blessures sociales ou pour affronter les structures qui laissent tant de frères sur le bas-côté».

Pourtant, affirmant ne cibler personne en particulier, le Pape François rappelle que le chômage, la violence, la crise identitaire, l’évidement des démocraties sont réels. Mais «la gangrène du système, ne peut être dissimulée pour toujours», poursuit-il, accusant le pouvoir de «manipuler la peur, l’insécurité, les querelles et même l’indignation justifiée des personnes afin de déplacer la responsabilité de tous ces maux sur le “non-prochain”».

«Vous devez devenir un Samaritain. Et ensuite comme l’aubergiste»

«Jésus nous enseigne une autre voie, remarque le Pape: ne pas classer les autres dans le but de voir qui est un prochain et qui ne l’est pas. Vous pouvez devenir proche de quiconque vous rencontrez dans le besoin, et vous le ferez si vous avez de la compassion en votre cœur.» La compassion n’est pas un «vague sentiment» mais la prise en charge de l’autre «jusqu’à payer personnellement pour lui». Le Pape donne ainsi pour modèle le Samaritain de la parabole évangélique (Luc 10, 25-37), qui vient en aide à une personne en détresse et paye l’aubergiste pour qu’il s’en occupe. «Qui est l’aubergiste ? interroge François. C’est l’Église, la communauté chrétienne, les gens compatissants et solidaires, les organisations sociales».

Ainsi, le Saint-Père met en garde contre le danger de «renier nos voisins», au point de «nier leur humanité et notre humanité». Au contraire, il encourage à y voir une opportunité: «que la lumière de l’amour du prochain peut illuminer la Terre».

Crise écologique et terrorisme

Pour finir, le Pape partage deux réflexions, les confiant particulièrement aux participants. Il affirme tout d’abord que «la crise écologique est réelle». Concédant que la science n’est ni l’unique forme de connaissance, ni nécessairement neutre, il prévient: «Ne nous laissons pas tomber dans le déni. Nous n’avons plus de temps. Agissons» pour défendre la Création. Le Saint-Père réaffirme également qu’ «aucun peuple n’est criminel et qu’aucune religion n’est terroriste», qu’il y a des fondamentalistes et des personnes violentes dans tous les peuples et toutes les religions. «En affrontant la terreur avec de l'amour, nous travaillons pour la paix», souligne-t-il.

La Rencontre mondiale des mouvements populaires a pour but de créer un point de mettre en lien les responsables religieux et les mouvements qui luttent contre l’économie de l’exclusion et les inégalités. L’objectif de ces trois jours de travaux est d’aider les associations de la société civile à promouvoir les droits des travailleurs, la justice sociale ou l’accès aux soins. D’autres problématiques, prégnantes au sein de la société américaine, seront abordés : la question raciale, les flux migratoires, la réinsertion des anciens détenus, les conditions de travail et les salaires des employés.

(CV-SBL)

(Tratto dall'archivio della Radio Vaticana)