Le Pape a reçu le Patriarche de l'Église orthodoxe d'Éthiopie

2016-02-29 Radio Vatican

(RV) Le Pape a reçu ce lundi matin le Patriarche de l’Église orthodoxe éthiopienne, Abune Mathias, qui avait été élu primat de cette Église le 28 février 2013, le jour même de la démission de Benoît XVI.

L’Église catholique et l’Église orthodoxe d’Éthiopie entretiennent des relations régulières depuis plusieurs années, comme l’a rappelé le Patriarche Abune Mathias. Le Pape François a d’ailleurs évoqué les deux visites déjà effectuées par l’ancien primat orthodoxe d’Éthiopie, Abune Paulos, auprès de Jean-Paul II, en 1993, et de Benoît XVI en 2009.

Cyprien Viet revient sur le discours du Saint-Père

«Ce qui nous unit est beaucoup plus grand que ce qui nous divise». Le Pape François a insisté sur les points de convergence entre les orthodoxes d’Éthiopie et les catholiques. Il a rappelé que les deux Églises partagent «une seule foi, un seul baptême, un seul Seigneur et Sauveur Jésus-Christ». «Nous sommes unis grâce aux différents éléments communs de notre riche tradition monastique et pratique liturgique. Nous sommes frères et sœurs en Christ.»

Le Pape s’est appuyé sur la lettre de saint Paul aux Corinthiens pour rappeler cet impératif de solidarité. «Si un membre souffre, tous les membres souffrent ensemble, et si un membre est honoré, tous les membres se réjouissent avec lui.» Le Pape a rappelé que «l’œcuménisme des martyrs est une invitation envoyée à nous, ici et maintenant, à parcourir ensemble le chemin vers une unité toujours plus pleine».

«Votre Église a été une Église des martyrs depuis le début, et encore aujourd’hui vous êtes témoins d’une violence dévastatrice contre les chrétiens et contre les autres minorités au Moyen-Orient et dans certaines parties de l’Afrique», a rappelé François. En avril 2015, 30 ressortissants éthiopiens avaient été exécutés en Libye par les djihadistes de l'État islamique, suscitant une grande indignation dans le monde, et notamment au Vatican.

Concernant les efforts de développement de l’Éthiopie, et notamment face au manque d’eau, le Pape a appelé à une collaboration entre l’Église catholique d’Éthiopie et l’Église orthodoxe, «en faveur du bien commun et de la sauvegarde de la Création».

«Nous sommes conscients que l’histoire a laissé un fardeau de douloureuses incompréhensions et de défiance, pour lesq uelles nous demandons et le pardon et la guérison de Dieu», a affirmé le Pape François, disant son espérance d’un retour prochain à la «plénitude de la communion eucharistique» entre les deux Églises.

(CV)

 

 

(Tratto dall'archivio della Radio Vaticana)