Le Pape a choisi 1071 Missionnaires de la Miséricorde

2016-01-30 Radio Vatican

(RV) Le 9 février 2016, le Pape François rencontrera 700 Missionnaires de la Miséricorde qui seront présents à Rome pour la célébration du Mercredi des Cendres. Lors de cette messe, le 10 février 2016,  le Saint-Père les enverra en mission afin qu’ils annoncent la beauté de la Miséricorde de Dieu, et qu’ils soient «des confesseurs humbles et sages, capables de pardonner largement, pour ceux qui s’approchent de la Confession», a expliqué ce vendredi 29 janvier 2016 le président du Conseil pontifical pour la Nouvelle Evangélisation.

Au départ, ils devaient être 800 prêtres ou évêques émérites. Ils seront finalement 1 071 prêtres diocésains ou religieux, en particulier des frères mineurs. Le Saint-Siège a rencontré une grande disponibilité, mais a dû mettre une limite aux nombreuses demandes, « pour que cela garde la caractéristique de signe pour exprimer la dimension extraordinaire de cet événement », a poursuivi Mgr Rino Fisichella.

Témoins privilégiés de l’événement jubilaire

Certains de ces prêtres viennent de pays lointains et particulièrement significatifs : La Birmanie, le Liban, la Chine, la Corée du Nord, la Tanzanie, les Emirats Arabes, Israël, le Burundi, le Vietnam, le Zimbabwe, la Lettonie, le Timor Est, l’Indonésie, la Thaïlande, et l’Egypte. Il y aura aussi, des prêtres de rite oriental « pour représenter toutes les composantes de l’Eglise » et être au plus proche de chaque fidèle.

Ces prêtres ont donc été choisis par le Saint-Père pour « être des témoins privilégiés dans leur Église locale du caractère extraordinaire de l’événement jubilaire », précise le prélat. Ils pourront à ce titre absoudre les péchés réservés au Saint-Siège : la profanation des espèces consacrées, l’absolution de son complice, la consécration épiscopale sans mandat pontifical, la violation directe du secret de la confession et la violence contre la personne du Pape.

« L’absolution du péché d’avortement relève de la responsabilité de l’évêque et non du Pape », a précisé Mgr Fisichella. Le Pape a «décidé, nonobstant toute chose contraire, d'accorder à tous les prêtres, pour l'Année jubilaire, la faculté d'absoudre du péché d'avortement tous ceux qui l'ont provoqué, et, qui, le coeur repenti, en demandent pardon».

Concernat les femmes ayant avorté, le Pape a indiqué que «le pardon de Dieu à quiconque s’est repenti ne peut être nié, en particulier lorsqu’avec un cœur sincère, cette personne s’approche du Sacrement de la Confession pour obtenir la réconciliation avec le Père»

(MD)

(Tratto dall'archivio della Radio Vaticana)