Le message du Pape François pour le Carême

2014-02-04 L’Osservatore Romano

La pauvreté de Jésus « nous libère et nous rend riche ». C’est ce qu’affirme le Pape François dans le message pour le Carême rendu public ce matin, mardi 4 février. Un message concentré sur la pauvreté, et sur la pauvreté du Christ en particulier.

Le Pape en effet débute en expliquant que Jésus « s’est fait pauvre pour nous enrichir avec sa pauvreté », comme le dit le thème du message, tiré de la seconde lettre au Corinthiens. Le choix de la pauvreté de la part du Christ, affirme le Pape, nous suggère qu’il existe une dimension positive de la pauvreté.

Mais, se demande le Saint-Père, qu’est-ce que cette pauvreté à travers laquelle Jésus nous libère et nous rend riche ? « C’est précisément – telle est sa réponse – sa manière de nous aimer, de se faire proche de nous comme le Bon Samaritain qui s’approche de cet homme laissé à demi-mort sur le bord de la route ». La pauvreté du Christ « est la plus grande richesse ».

Ensuite le Pape s’arrête sur la différence entre pauvreté et misère. Et il précise que « la misère ne coïncide pas avec la pauvreté », parce que « la misère est la pauvreté sans confiance sans solidarité, sans espérance ». Le message souligne trois types de misère : matérielle, morale et spirituelle. La misère matérielle est celle qui est communément appelée pauvreté et touche ceux qui vivent dans une condition qui n’est pas digne de la personne humaine. La misère morale « consiste à devenir esclaves du vice et du péché ». Bien des personnes, a-t-il ajouté, sont contraintes à ces misères par des conditions sociales injustes, par la « manque de travail, qui les prive de la dignité que donne le fait de ramener le pain à la maison ». Plus encore « dans ces cas-là – écrit le Pape – la misère morale peut bien s’appeler début de suicide». Et encore « cette misère est la cause de la ruine économique ».

La misère spirituelle, enfin, « nous frappe quand nous nous éloignons de Dieu ».

Pour combattre ces misères, conclut le Pape, il n’y a qu’une seule manière : se conformer au Christ « qui s’est fait pauvre pour nous enrichir avec sa pauvreté ».

Le texte intégral du message du Pape