• Voyage en Turquie, Arrivée à Ankara

Le Cardinal Ouellet s'inquiète des tensions entre religieux et hiérarchie

2012-10-17 Radio Vatican

“Dans les relations entre la hiérarchie et la vie consacrée, on enregistre quelques tensions : parfois par une certaine ignorance des charismes et de leur rôle dans la mission et dans la communion ecclésiale ; parfois à cause d’une tendance de certains religieux à la contestation du Magistère ». Voilà la photographie qu’a dressé ce mercredi au Synode des évêques le préfet de la Congrégation pour les évêques, le Cardinal Marc Ouellet, d’une situation de tensions récurrentes entre la Hiérarchie et les Instituts religieux.

Le prélat canadien a proposé de remettre à jour le document « Mutuae Relationes », de la fin des années 70, qui établit le cadre des relations entre les évêques et les religieux dans l’Eglise, et qui, selon le Cardinal Ouellet, reste en grande partie tout à fait valable.

Vie religieuse et structures ecclésiales ne peuvent s’opposer

Dans le texte conjoint de la Congrégation pour les évêques et de la Congrégation pour les instituts de vie consacrée et les sociétés de vie apostolique, approuvé par Paul VI en 1978, trois mois avant de mourir, on affirme « que ce serait une grave erreur de rendre indépendants, et encore plus graves d’opposer entre eux, la vie religieuse et les structures ecclésiales, comme si elles pouvaient exister comme deux réalités distinctes, l’une charismatique et l’autre institutionnelle, alors que les deux éléments, càd les dons spirituels et les structures ecclésiales forment une unique réalité ».

Pour le Cardinal Ouellet, “la nouvelle évangélisation peut trouver une nouvelle impulsion dans le renouvellement des rapports entre évêques et personnes consacrées », à condition de ne pas oublier que c’est « inséparable d’un renouveau dans la communion ecclésiale ». « Cette communion, a conclu le Cardinal Ouellet, identifie la mission de l’Eglise, celle d’être, comme le dit le Concile, « le signe et l’instrument de l’intime union avec Dieu et de l’unité de tout le genre humain, et devient le trait le plus suggestif du témoignage que les croyants peuvent offrir à leurs contemporains ».