La tournée du Pape en Afrique : un voyage riche et complexe

2015-11-19 Radio Vatican

(RV) Dans quelques jours, le Pape François foulera pour la première fois le sol africain, pour une tournée qui constituera son 11e voyage apostolique. Pendant six jours, du 25 au 30 novembre, il visitera trois pays : le Kenya, l’Ouganda et la République centrafricaine, aux confins de l’Équateur. Cette dernière étape, la Centrafrique, l'un des pays les plus pauvres du monde, déchiré depuis plus de trois ans par une guerre civile, présentera de réelles difficultés logistiques et sécuritaires. On s’inquiète depuis fin septembre du regain d’activité des milices. Devant les journalistes ce jeudi matin, le directeur du Bureau de presse du Saint-Siège a cependant confirmé que le Saint-Père était déterminé à effectuer ce voyage, le 11e depuis le début de son pontificat. Il a demandé dès le début des préparatifs, il y a environ un an, que la République centrafricaine, un pays situé au cœur du continent, figure absolument au programme de son premier voyage en Afrique.

Romilda Ferrauto

Si le Pape François effectue ce nouveau déplacement c’est bien tout d’abord pour se rendre en Centrafrique, ce pays dévasté, délaissé, trop souvent considéré comme infréquentable. À Bangui, le Saint-Père posera un geste historique en ouvrant la porte Sainte de la cathédrale, le 29 novembre, premier dimanche de l’Avent, neuf jours avant l’inauguration officielle de l’année Sainte de la Miséricorde le 8 décembre à Saint-Pierre de Rome. Un geste hautement symbolique de la part d’un Pape qui ne cache pas sa préférence pour les périphéries et qui ose ainsi renverser les approches géopolitiques. En République centrafricaine, comme au Kenya et en Ouganda, le Souverain Pontife plaidera pour la réconciliation et l’entente entre les religions, il prêchera l’Évangile de la justice et de la rédemption. 

La dimension œcuménique du martyre, un sujet très actuel, sera également bien présente. En Ouganda, près de cinquante ans après le voyage de Paul VI, le premier d’un pape en Afrique, le Pape François rendra ainsi hommage aux 27 catholiques et anglicans martyrisés pendant les persécutions antichrétiennes de la fin du XIXe siècle.

Le Saint-Père prononcera en tout 19 discours mais il écoutera de nombreux témoignages, celui d’un jeune torturé et enrôlé de force dans la rébellion de la LRA, celui d’une femme durement affectée par les ravages du Sida. Il priera au cœur d’un des nombreux bidonvilles de Nairobi et visitera la dangereuse enclave musulmane de Bangui, le PK5, de sinistre réputation, ainsi que des déplacés hébergés dans une paroisse. Il s’adressera aux agences des Nations Unies engagées dans le domaine de l’environnement. Il encouragera les institutions catholiques ougandaises très présente dans le domaine de la santé. A chacune de ses étapes, le pontife argentin touchera du doigt les maux de l’Afrique, mais nul doute qu’il se laissera aussi séduire par la gaîté et l’enthousiasme de ces jeunes Églises. Et pour la première fois, à Bangui, devant les autorités de transition, il s’exprimera publiquement en français.

Jean-Paul II avait fait une brève halte à Bangui en 1985. Le Pape François passera environ une journée et demi dans chacun des trois pays. 75 journalistes voyageront à bord de son avion. 

(CV-RF)

(Tratto dall'archivio della Radio Vaticana)