La miséricorde, clé de voûte des trois ans de pontificat de François

2016-03-12 Radio Vatican

(RV) Entretien - Le 17 mars 2013, 4 jours après son élection, le premier pape jésuite et non européen, célèbre sa première messe dominicale à la paroisse Sainte Anne au Vatican. Sa première homélie est consacrée à la miséricorde : «Pour moi, je le dis humblement, c’est le message le plus fort du Seigneur ». Il commente l’évangile selon saint Jean sur la femme adultère, et explique alors que Jésus n’est pas venu pour les justes, mais pour les pécheurs.

Dans ses homélies à Saint-Pierre ou Sainte-Marthe, le Pape reviendra constamment sur la proximité aux plus vulnérables, l’accompagnement bienveillant du repenti et le sacrement de réconciliation. La miséricorde de Dieu apparait comme un fil rouge tout au long de son pontificat, voire comme sa clé de voûte, surtout lorsque le Pape François annonce (le 13 mars 2015, à l’occasion de ses deux ans de pontificat) l’ouverture d’une Année sainte extraordinaire de la miséricorde, le 8 décembre 2015.

Comment François envisage-t-il la miséricorde ? Pourquoi est-ce une urgence d’en proclamer aujourd’hui la beauté ? Nous en parlons avec le père Martin Pradère, de la communauté de l’Emmanuel, actuellement supérieur du séminaire Saint-Joseph de Bordeaux et auteur de La miséricorde, une bonne nouvelle pour le monde (éditions de l'Emmanuel). Interrogé par Marie Duhamel, il revient sur l’expérience de la miséricorde selon François.

(CV-MD)

 

(Tratto dall'archivio della Radio Vaticana)