La jalousie et l'envie, ces péchés qui provoquent la mort

2016-01-21 Radio Vatican

(RV) Jalousie et envie, au cœur de l’homélie du Pape François, jeudi 21 janvier 2016 lors de la messe dans la chapelle de la maison Sainte-Marthe au Vatican. Il a demandé que le Seigneur nous préserve de ces péchés, qui utilise une langue pour tuer l’autre, existant aussi dans nos communautés chrétiennes.  

La première lecture du jour, tirée du premier livre de Samuel, raconte la jalousie de Saül, roi d’Israël, envers David. Après la victoire contre les Philistins, les femmes chantèrent avec joie: «Saül a tué ses milliers, et David, ses dizaines de milliers». Depuis ce jour, raconte le Souverain Pontife, Saül regarde David avec suspicion, pensant que ce dernier puisse le trahir, et décide alors de le tuer. Il change plusieurs fois d’avis. La jalousie est une «maladie» qui revient et qui porte à l’envie, souligne le Saint-Père.

Ces deux péchés «pousse dans le cœur comme de la mauvaise herbe. Elle pousse sans laisser pousser la bonne herbe», commente François. C’est si mauvais «qu’il porte à la mort». Un tel cœur «n’est jamais en paix» et il «souffre».. Il s’agit d’une souffrance qui «désire la mort des autres». La jalousie «tue aussi avec la langue», regrette le Pape. Ainsi commencent les médisances. «Et les médisances tuent.»

Ainsi, à la lumière de cette lecture, le Pontife invite à chercher si dans notre cœur il y a de la jalousie, de l’envie. «Cette maladie nous pousse à regarder ce que l’autre a de bon, comme s’il était contre toi. Et cela est un mauvais péché, condamne le Saint-Père, le début de tant de criminalités». François demande ainsi au «Seigneur qu’Il nous donne la grâce de ne pas ouvrir notre cœur à la jalousie, aux envies», rappelant, en conclusion, que l’envie est ce qui a provoqué la mort de Jésus. (AG)

(Tratto dall'archivio della Radio Vaticana)