La diplomatie vaticane, en relation avec 180 pays

2016-01-11 Radio Vatican

(RV) Comme chaque année, le Pape François prononce en janvier ses vœux au Corps diplomatique, aux ambassadeurs accrédités auprès du Saint-Siège. La diplomatie du Vatican, ce sont des relations avec 180 pays à travers le monde, et ce, depuis le 22 février 2013, date du début des relations diplomatiques avec le Soudan du Sud. Le Saint-Siège entretient aussi des relations avec l’Union européenne, l’Ordre souverain de Malte et la Mission permanente de l’État palestinien. Plus d’une centaine de nonces apostoliques sont en poste dans le monde.

Si l’on inclut l’UE et l’Ordre de Malte, 86 pays ont actuellement une ambassade à Rome. L’an dernier, trois pays ont ouvert une chancellerie dans la ville éternelle: le Belize, la Guinée équatoriale et le Burkina Faso, où une nonciature apostolique avait été ouverte en 2007 sous le pontificat de Benoît XVI. La Mission de l’État palestinien, la Ligue arabe, l’Organisation internationale pour les migrations et le Haut-commissariat pour les réfugiés ont également un bureau à Rome.

Au cours de l’année 2015, quatre accords sont signés par le Saint-Siège. Le premier est un accord fiscal signé le 1er avril avec la République italienne. Le  deuxième est également de nature fiscale; entre le Saint-Siège et l’État de la Cité du Vatican d’une part, et les Etats-Unis d’autre part, signé le 10 juin 2015 pour actualiser la Foreign Account Tax Compliance Act (FATCA) et favoriser le respect international de leur obligation fiscale.

Le 26 juin, le Saint-Siège et l’État de Palestine signent un accord global à l’issue de décennies de dialogue portant sur les aspects essentiels de la vie et de l'activité de l'Église catholique en Palestine. Enfin, le 14 août dernier, le Saint-Siège et la République démocratique du Timor oriental s’entendent sur le statut juridique de l’Église catholique dans le pays. L’archipel asiatique, ancienne colonie portugaise annexée de force par l’Indonésie en 1975, est un des derniers pays à avoir acquis son indépendance, puisqu’il devenu pleinement indépendant en 2002.

Une avancée également pour l’Église en Afrique. Le 22 juin 2015, l’Accord entre le Saint-Siège et la République du Tchad sur le statut juridique de l’Église catholique est ratifié, deux ans après sa signature le 6 novembre 2013.

Le 10 septembre 2015, un mémorandum d’entente est élaboré entre le Saint-Siège et le Ministère des Affaires étrangères de l’État de Koweït, manifestant leur convergence d’intention sur la tenue de consultations bilatérales.

Enfin, le Saint-Siège, qui a le statut d’Observateur permanent auprès des agences des Nations Unis, de l’Organisation mondiale du Commerce, de l’Organisation internationale des migrations, de l’Asean ou de l’Union africaine, devient, le 4 juin dernier, Observateur auprès de la Communauté des Caraïbes (CARICOM).

La diplomatie du Saint-Siège en Amérique latine s’est renforcée avec le pontificat du pontife argentin. Le 17 décembre 2014, la médiation du Saint-Siège permet en effet un rapprochement historique entre Cuba et les États-Unis. Elle est maintenant à l’œuvre pour favoriser la signature d’un accord de paix entre la guérilla des Farcs et la Colombie, où l’on compte six millions de déplacés internes en raison des conflits dus à la guérilla marxiste mais également aux paramilitaires. (AG-MD)

(Tratto dall'archivio della Radio Vaticana)