Homélie du Pape : "soyez des chrétiens courageux !"

2017-01-17 Radio Vatican

(RV) Soyez des chrétiens courageux, ancrés dans l’espérance, et capables de supporter les moments difficiles : c’est l’exhortation du Pape, lancée lors de la messe quotidienne célébrée ce mardi 17 janvier, dans la chapelle de la Maison Sainte Marthe. Les chrétiens paresseux, en revanche, a-t-il observé, sont à l’arrêt, et pour eux, l’Eglise est un « beau parking ».

En partant de la lettre aux Hébreux, le pape est revenu sur la « vie courageuse qui est celle des chrétiens», en mettant en évidence le zèle auquel ils sont appelés et le courage pour aller de l’avant, qui est à l’inverse de la paresse dont parle la lecture du jour. « Les chrétiens paresseux sont ceux qui n’ont pas la volonté d’aller de l’avant, qui ne se battent pas pour que les choses changent, les choses qui feraient du bien à tous » a expliqué François, ce sont, a-t-il poursuivi des chrétiens « garés », qui ont trouvé en l’Eglise un beau parking.

Ce qui rend les chrétiens courageux est l’espérance a expliqué le Saint-Père tandis que les chrétiens paresseux n’ont pas cette espérance, ils sont « retraités». S’il est beau de partir à la retraite après tant d’années de travail a-t-il poursuivi, « il l’est beaucoup moins de passer toute sa vie à la retraite ! »

Dépasser nos égoïsmes

C’est ainsi en s’ancrant à l’espérance qui donne du courage, c’est à cette espérance que l’on peut s’accrocher pour lutter contre les moments difficiles de notre vie. L’espérance qui ne déçoit pas, qui dépasse est une ancre sûre et solide pour notre vie. Vivre dans l’espérance et de l’espérance en regardant toujours devant avec courage est la voie à suivre.

Les chrétiens « garés » ne regardent qu’eux-mêmes, il sont égoïstes, a encore dénoncé le Pape. Il est nécessaire de garder confiance et constance, a-t-il expliqué face aux obstacles dans nos vies. Le Pape a conclu son homélie en invitant à se demander si nous sommes des chrétiens fermés ou à l’inverse le regard vers l’horizon. « Comment suis-je dans ma vie de foi ? Ai-je une vie où je vais de l’avant ou une vie tiède qui ne sait supporter les moments difficiles ? »

C’est le Seigneur qui nous donne la grâce de dépasser nos égoïsmes, a conclu le Pape, qui nous empêchent de lever la tête pour le regarder.

(OB-MA)

 

 

(Tratto dall'archivio della Radio Vaticana)