François en Colombie dans la maison de Saint Pierre Claver

2017-09-10 Radio Vatican

(RV) Pour la dernière journée de sa visite apostolique en Colombie, le Pape François s’est rendu à Carthagène des indes, une ville parmi les plus touristiques du pays, mais également une ville où les inégalités sont criantes: 294.000 Carthaginois vivent dans la pauvreté, dont plus de 55.000 dans la rue, selon l'association Cartagena «Como Vamos». Une population qui représente un tiers du million d'habitants de la ville. C’est ici au milieu des pauvres de la ville que François est venu prier l’Angélus, juste après avoir béni les premières pierres de maisons destinées à des familles de sans-abri. Le Pape a aussi visité la maison d’une dame, Madame Lorenza, extrêmement émue, qui s’occupe de personnes dans le besoin pour leur donner de la nourriture et de l’affection.

«Ces rencontres m’ont fait beaucoup de bien, a dit le Souverain Pontife, parce que là, on peut voir comment l’amour de Dieu se rend concret, se rend quotidien». Et d’ajouter : «Ce sont les pauvres, les humbles, qui contemplent la présence de Dieu ; c’est à eux que se révèle le mystère de l’amour de Dieu avec le plus de clarté».

Saint Pierre Claver

L’Eglise dans laquelle le Saint Père et les fidèles ont prié l’Angélus est celle de Saint Pierre Claver, là où sont conservées les reliques du saint Jésuite qui a consacré sa vie au service des victimes de la traite des esclaves, les nourrissant, les habillant, les soignant et les consolant. Saint Pierre Claver attendait les navires en provenance d’Afrique chargés des esclaves du Nouveau Monde. «Saint Pierre Claver a témoigné admirablement de la responsabilité et de l’intérêt que chacun d’entre nous doit avoir pour ses frères» a dit le Pape louant le zèle du jésuite injustement accusé d’être indiscret et qui a dû affronter la critique et l’opposition persistante de la part de ceux qui craignaient que son ministère n’entrave le commerce lucratif d’esclaves.

Aujourd’hui encore, des millions d’esclaves

L’exemple de Saint Pierre Claver est toujours d’actualité, il doit inspirer les bonnes volontés car aujourd’hui encore, en Colombie et dans le monde, des millions de personnes sont vendues comme esclaves, ou sont réduites à mendier un peu d’humanité, un moment de tendresse ; sans compter ceux prennent la mer ou la route, parce qu’elles ont tout perdu, à commencer par leur dignité et leurs propres droits.

«Pierre Claver nous invite à travailler pour la dignité de tous nos frères, spécialement pour les pauvres et pour les personnes marginalisées par la société, pour ceux qui subissent la violence et la traite» déclare François avec force. Tous ont leur dignité et sont une image vivante de Dieu.

(JCP)

Paroles du pape avant la prière de l'Angélus
Chers frères et sœurs,

Peu avant de rentrer dans cette église où sont conservées les reliques de saint Pierre Claver, j’ai béni les premières pierres de deux institutions destinées à offrir de l’assistance à des personnes dans de graves besoins et j’ai visité la maison de Madame Lorenza, où elle accueille chaque jour beaucoup de nos frères et sœurs pour leur donner de la nourriture et de l’affection. Ces rencontres m’ont fait beaucoup de bien, parce que là, on peut voir comment l’amour de Dieu se rend concret, se rend quotidien.

Tous ensemble, nous prierons l’Angelus, en nous souvenant de l’Incarnation du Verbe. Et nous pensons à Marie, qui a conçu Jésus et lui a donné naissance. Nous la contemplons ce matin sous l’invocation de Notre Dame de Chiquinquirá. Comme vous le savez, pendant longtemps, cette image a été abandonnée ; elle a perdu ses couleurs, elle était restée abîmée et trouée. Elle était traitée comme un morceau de vieux sac, utilisée sans aucun respect jusqu’à ce qu’on finisse par la jeter. 

C’est alors qu’une femme simple, la première dévote de la Vierge de Chiquinquirá qui, selon la tradition s’appelait María Ramos, première dévote de la Vierge de Chiquinquirá, a vu en cette toile quelque chose de différent. Elle a eu le courage et la foi de placer cette image floue et détériorée en un lieu en vue, lui redonnant sa dignité perdue. Elle a su trouver et honorer Marie, qui tenait son Enfant dans les bras, précisément dans ce qui pour les autres était méprisable et inutile.

Ainsi, elle s’est faite le modèle de tous ceux qui, de diverses manières, cherchent à récupérer la dignité du frère abattu par la souffrance des blessures de la vie, de ceux qui ne se résignent pas et travaillent pour leur construire un logement digne, pour satisfaire leurs besoins urgents et, surtout, qui prient avec persévérance pour qu’ils puissent retrouver la splendeur d’enfants de Dieu qui leur a été arrachée.

Le Seigneur nous enseigne à travers l’exemple des humbles et de ceux qui ne comptent pas. Oui il a concédé à María Ramos, une femme modeste, la grâce d’accueillir l’image de la Vierge dans la pauvreté de cette toile abîmée, oui il a accordé à Isabel, une femme indigène, et à son fils Miguel, le privilège d’être les premiers à voir ce tableau de la Vierge transformé et restauré. Ils ont été les premiers à regarder avec des yeux simples ce morceau de toile totalement nouveau et à y voir la splendeur de la lumière divine qui transforme et renouvelle toute chose. Ce sont les pauvres, les humbles, qui contemplent la présence de Dieu ; c’est à eux que se révèle le mystère de l’amour de Dieu avec le plus de clarté. Eux, les pauvres et les personnes simples, ont été les premiers à voir la Vierge de Chiquinquirá et sont devenus ses missionnaires, des annonciateurs de la beauté et de la sainteté de la Vierge.

Et dans cette église, nous prierons Marie, qui s’est désignée elle-même comme ‘‘l’esclave du Seigneur’’, et saint Pierre Claver l’‘‘esclave des noirs pour toujours’’, comme il s’est fait appeler dès le jour de sa profession solennelle. Il attendait les navires qui arrivaient de l’Afrique au principal marché d’esclaves du Nouveau Monde. Bien des fois, il les attendait uniquement avec des gestes évangélisateurs, en raison de l’impossibilité de communiquer avec eux, à cause de la différence de langues: Mais la charité va au delà de toutes les langues. Pierre Claver savait que le langage de la charité et de la miséricorde était compris par tous. De fait, la charité aide à comprendre la vérité et la vérité réclame des gestes de charité, les deux choses ne peuvent être séparées, elle vont de pair. Quand il éprouvait de la répugnance envers eux, lorsque ces pauvres arrivaient dans un état véritablement répugnant, Pierre Claver baisait leurs plaies.

Austère et rempli de charité jusqu’à l’héroïsme, après avoir soulagé la solitude de centaines de milliers de personnes, que s'est-il passé? il est mort abandonné, oublié de tous. Il a passé les quatre dernières années de sa vie, malade et dans sa cellule, dans un état épouvantable d’abandon.
C'est ainsi que le monde paie, mais Dieu récompense d'une autre façon. Effectivement, saint Pierre Claver a témoigné admirablement de la responsabilité et de l’intérêt que chacun d’entre nous doit avoir pour ses frères. Pour les autres, ce saint a été accusé injustement d’être indiscret par son zèle et a dû affronter de dures critiques ainsi qu’une opposition persistante de la part de ceux qui craignaient que son ministère n’entrave le commerce lucratif d’esclaves.

Cependant aujourd’hui, en Colombie et dans le monde, des millions de personnes sont vendues comme esclaves, ou bien mendient un peu d’humanité, un moment de tendresse, prennent la mer ou la route, parce qu’elles ont tout perdu, à commencer par leur dignité et leurs propres droits. Notre Dame de Chiquinquirá et Pierre Claver nous invitent à travailler pour la dignité de tous nos frères, spécialement pour les pauvres et pour les personnes marginalisées par la société, pour ceux qui subissent la violence et la traite. Tous, ils ont leur dignité et sont une image vivante de Dieu. Nous avons tous été créés à l’image et à la ressemblance de Dieu, et la Vierge nous tient tous dans ses bras comme des enfants chéris.

Adressons, à présent, notre prière à la Vierge Mère, pour qu’elle nous fasse découvrir, dans chacun des hommes et des femmes de notre temps, le visage de Dieu.

(Tratto dall'archivio della Radio Vaticana)