EUROPE/ESPAGNE - Souvenir de la religieuse espagnole tuée à Haïti de la part de la Jeunesse missionnaire et arrestation de son meurtrier

Madrid – Ces jours derniers, a été arrêté à Port-au-Prince le présumé meurtrier de Sœur Isa Solá, la missionnaire espagnole de la Congrégation de Jésus et Marie, agressée et tuée dans une rue de la capitale haïtienne alors qu’elle était au volant de sa voiture le 2 septembre 2016 dans le cadre d’un vol à main armée . La nouvelle a été confirmée par la presse espagnole. La religieuse a œuvré pendant sept ans dans la capitale haïtienne, engagée au profit des populations les plus humbles et pauvres avec lesquelles elle cohabitait pratiquement après le séisme de 2010. Selon la note parvenue à Fides, le criminel faisait partie d’une bande très dangereuse, responsable de vols, de viols et d’homicides. Au cours de l’opération de police ayant porté à son arrestation, ont également été appréhendés 12 autres membres de ce groupe criminel.
Sœur Maria Angeles Aliño, Supérieure provinciale des religieuses de Jésus et Marie en Espagne a expliqué au périodique Vida Nueva qu’au cours de ces sept mois, « le souvenir de Sœur Isa Solá a été constant au sein de notre communauté », soulignant qu’il a une influence très importante parmi les religieuses les plus jeunes. Sœur Maria Angeles Aliño a confirmé que la Congrégation continue à rechercher une remplaçante pour la mission à Haïti. « Nous voulons rester à Haïti, auprès d’un peuple qui nous préoccupe et que nous voulons continuer à assister dans sa souffrance ».
Au cours de la XIV° Rencontre de la Jeunesse missionnaire, se tenant à l’Escurial de Madrid du 21 au 23 avril et organisée par les Œuvres pontificales missionnaires d’Espagne en collaboration avec la Commission épiscopale pour les missions, un espace sera réservé au souvenir et à l’hommage à Sœur Isa Solá. A la rencontre, participent plus de 150 jeunes provenant de toute l’Espagne, qui partagent les expériences de leurs séjours dans les pays de mission. Parmi eux se trouvent un certain nombre de missionnaires « particuliers » comme le Père Dara O'Brien, qui vit dans sa sclérose multiple « la victoire du Christ sur la croix, qu’à de nombreuses reprises il avait prêché aux jeunes » ainsi que l’on peut le lire dans la note envoyée à Fides par les Œuvres pontificales missionnaires d’Espagne.