Diffuser la joie de l'Evangile dans la simplicité de la vie

Cité du Vatican, 25 janvier 2016 (VIS). "Vous vous préparez à donner suite à cet élan de l'Esprit, pour être l'avenir de l'Eglise selon le cœur de Dieu. Non pas selon les préférences de chacun ou les modes du moment, mais comme l'exige l'annonce de l'Evangile". Telles ont été les paroles du Pape s'adressant ce matin à la communauté du séminaire pontifical lombard de Rome: "Pour bien se préparer au sacerdoce il faut un travail approfondi, mais surtout une conversion intérieure qui enracine quotidiennement le ministère dans le premier appel de Jésus et qui le ravive dans notre rapport personnel avec lui, comme le faisait l'apôtre Paul, dont nous fêtons aujourd'hui la conversion". Puis il a évoqué saint Charles Borromée qui a présenté sa vie comme "un mouvement de conversion permanent, visant à réfléchir l'image du Pasteur. Il s'est identifié à cette image, l'a nourrie par sa vie, sachant que le discours passe dans la réalité au prix du sang: les Sanguinis Ministri étaient pour lui les vrais prêtres. Il a donc réalisé l'image en effaçant les visages et a mis toute sa passion à la reproduire. Ainsi, la grande œuvre des théologiens de l'époque, dominée par la célébration du Concile de Trente, fut mise en œuvre par de saints pasteurs comme Charles Borromée".

Le Pape a encore dit à ses hôtes qu'ils étaient les "héritiers et les témoins d'une grande histoire de sainteté, qui plonge ses racines dans vos patrons, les évêques Ambroise et Charles, et qui a vu plus récemment, parmi les élèves même, trois bienheureux et trois serviteurs de Dieu. C'est le but auquel vous devez tendre! Cependant, une tentation apparaît sur notre route que vous devez repousser: celle de la normalité, d'un pasteur à qui une vie normale suffit... La normalité pour nous, c'est au contraire la sainteté pastorale, le don de la vie. Si un prêtre choisit d'être seulement une personne normale, il sera un prêtre médiocre, ou pire... Seul celui qui fait de sa vie un dialogue constant avec la Parole de Dieu, ou mieux, avec Dieu qui parle, peut annoncer des paroles de vie. Pendant ces années, il vous revient de vous entraîner dans ce dialogue de vie, dans la connaissance des différentes disciplines que vous étudiez n'est pas une fin en soi, mais doit être concrétisée par la prière et dans la vraie rencontre avec les personnes. Il ne s'agit pas de se former de façon compartimentée. La prière, la culture et la pastorale sont les pierres porteuses d'un seul bâtiment. Elles doivent donc être toujours solidement unies pour se soutenir l'une l'autre, bien cimentées entre elles, pour que les prêtres d'aujourd'hui et de demain soient des hommes spirituels et des pasteurs miséricordieux, intérieurement unifiés par l'amour du Seigneur et capables de diffuser la joie de l'Evangile dans la simplicité de la vie". Le Pape leur a aussi rappelé que pour être un bon prêtre, le contact et la proximité avec l'évêque est nécessaire. "La caractéristique du prêtre diocésain est précisément la diocésanité, et la diocésanité a sa pierre angulaire dans la relation fréquente avec l'évêque, dans le dialogue et dans le discernement avec lui. Un prêtre qui n'a pas de rapport assidu avec son évêque s'isole lentement du corps diocésain et sa fécondité diminue, justement parce qu'il ne dialogue pas avec le père du diocèse". Avant de conclure, il a demandé aux séminaristes lombardes de "cultiver la beauté de l'amitié et l'art d'établir des relations, pour créer une fraternité sacerdotale plus forte que les diversités particulières".