Cinquième centenaire de saint Philippe Neri

Cité du Vatican, 26 mai 2015 (VIS). Hier, le Saint-Père a écrit au Procureur Général de l'Oratoire à l'occasion du cinquième centenaire de la naissance de saint Philippe Neri, fondateur de la congrégation, surnommé l'Apôtre de Rome. Saluant le travail des prêtres de l'Oratoire, entre prière, étude de l'Ecriture, préparation aux sacrements et oeuvres de charité en faveur des pauvres, il souligne combien l'apostolat de Philippe Neri est d'actualité. Avec lui "le salut des âmes redevint une priorité pour l'Eglise. On comprit de nouveau que les pasteurs doivent accompagner le peuple, le guider, soutenir sa foi. Philippe Neri, qui fut un exemple pour beaucoup de gens..., se dédia avec passion au ministère de la confession. Il accompagnait avec grande attention la croissance spirituelle et les épreuves de ses disciples, les éduquant à l'espérance chrétienne". Il aimait les contrastes, tels la prière solitaire et la prédication publique. "Il proposait une mortification intérieure pleine de joie et de sérénité. 

Prédicateur passionné, il réduisait son discours à quelques phrases lorsque l'émotion l'enveloppait... sa paternité spirituelle se manifestait dans tous ses actes, dans sa confiance dans les personnes, dans son refus des formules menaçantes au profit d'un ton joyeux, convaincu que la grâce n'écrase pas la nature mais la purifie, la renforce et la perfectionne. Saint Philippe reste un modèle lumineux de la mission continuelle de l'Eglise dans le monde...pour les évêques et les prêtres comme pour les consacrés et les laïcs. Dès son arrivée à Rome il développa un apostolat fait de rapports personnels et amicaux favorisant la rencontre" avec l'Evangile. "Il aimait la spontanéité, rejetait l'artifice, inventait des modes amusants pour enseigner les vertus chrétiennes de pair à un discipline dans l'approche du Christ concrète... Pour lui la voie de la sainteté se fondait sur la grâce d'une rencontre personnelle avec le Seigneur. Quelle que fut leur condition les gens l'accueillaient avec les yeux surpris de l'enfant". L'état missionnaire permanent de l'Eglise, affirme-t-il ensuite, "requiert des fils spirituels de saint Philippe Neri qu'ils ne se contentent pas d'une vie médiocre et choisissent d'oeuvrer dans le sillage du fondateur. Vous êtes appelés à être des hommes de prière et de témoignage pour amener les gens au Seigneur. Aujourd'hui comme du temps de Philippe Neri, surtout parmi les jeunes, on note un grand besoin de personnes priantes et capables d'enseigner à prier".