Bilan de l'exercice 2016: l'IOR poursuit ses efforts de transparence

2017-06-12 Radio Vatican

(RV) Pour la cinquième année consécutive, l’Institut pour les Oeuvres de Religion (IOR), établissement bancaire du Vatican, publie son bilan dans le cadre de son rapport annuel. Le bilan de cet exercice 2016 a été soumis au contrôle du cabinet d’audit Deloitte, et a été approuvé à l'unanimité par le Conseil de surintendance de l'IOR le 26 avril dernier.

«En 2016, l’IOR a continué à servir avec prudence et à fournir des services financiers spécialisés à l’Église catholique dans le monde entier, et à l’État de la Cité du Vatican», est-il précisé dans un communiqué transmis à la presse.

Les points les plus importants de ce rapport :

En 2016, l’IOR a servi environ 15 000 clients dans le monde, qui avaient confié des ressources pour une valeur totale de 5,7 milliards d’euros fin 2016 (contre 5,8 milliards d’euros en 2015), dont 3,7 milliards d’euros sur des comptes d’épargne. De nombreuses initiatives ont été entreprises durant l’année pour répondre aux exigences des clients, dans le respect de la mission de l’Institut.

L’IOR a continué à réduire les dépenses opérationnelles, qui se sont élevées à 19,1 millions d’euros contre 23,4 millions en 2015. Le revenu brut s’élève à 44,1 millions d’euros, en légère baisse par rapport à 2015 (45,4 millions d’euros), mais le revenu net de 2016 est lui largement supérieur à celui de 2015 : 36 millions d’euros contre 16,1 millions d’euros l’année précédente. La gestion du portefeuille de propriétés a rapporté 46 millions d’euros.

Ce résultat a été obtenu grâce à une efficace activité de négociations, dans un contexte de grande volatilité des marchés et d’instabilité politique due aux résultats inattendus des principaux scrutins électoraux et à des taux d’intérêt bas.

Au 31 décembre 2016, le patrimoine net de l’IOR après distribution des bénéfices s’élève à 636,6 millions d’euros. Selon les normes internationales, ce ratio de fonds propres ("Tier 1", selon la terminologie financière internationale) s’élève à 64,53%, ce qui met en évidence une haute solvabilité et un profil de risque bas.

En plus de ces objectifs financiers, l’IOR a également rempli des objectifs de caractère organisationnel, prévus dans le Business Plan 2016, concernant notamment la gouvernance, le contrôle des risques et la conformité en général. L’IOR a consolidé et renforcé la gouvernance et le système de contrôles internes. La principale amélioration concerne la définition du "Risk Appetite Framework" (l’appétit aux risques), en poursuivant sur la voie d’une mise en adéquation au nouveau cadre réglementaire de l’Autorité d’Information Financière, pour obtenir une cohérence avec les meilleurs standards internationaux dans ce domaine.

Enfin, sur le plan de la transparence et de la fiscalité est entrée en vigueur le 15 octobre 2016 la Convention entre le gouvernement de la République italienne et le Saint-Siège en matière fiscale, qui a permis l’insertion du Saint-Siège dans la liste blanche fiscale de la République italienne du 23 mars 2017.

(CV- Communiqué de l'IOR)

(Tratto dall'archivio della Radio Vaticana)