Audience : le christianisme n'est pas une idéologie rappelle le Pape

2017-04-19 Radio Vatican

(RV) Le christianisme « n’est pas une idéologie, ce n’est pas un système philosophique, mais c’est un chemin de foi qui part d’un événement dont ont été les témoins les premiers disciples de Jésus ». Quelques jours après Pâques, le Pape François a voulu parler du « Christ ressuscité, notre espérance tel que nous le présente saint Paul dans la première Lettre aux Corinthiens ». Lors de l’audience générale place Saint-Pierre, ce mercredi 19 avril 2017, il a ainsi poursuivi son cycle de catéchèse sur l’espérance chrétienne, se basant sur la résurrection. Xavier Sartre

« Ça, c’est le fait. Il est mort, il a été enterré, il est ressuscité, il est apparu. C’est-à-dire que Jésus est vivant. C’est ça le cœur du message chrétien ! » s’exclame le Pape François. Sans cela, notre foi n’existerait pas, affirme-t-il. « Notre foi est née au matin de Pâques ».

Un certain nombre de personnes en furent témoins, et rencontrèrent le Christ ressuscité. Parmi elles, saint Paul, qui « n’était pas un enfant de chœur ». Sa vie, si bien rangée, pleine de certitudes, fut bouleversée par cette rencontre sur la route de Damas. « Le persécuteur devint apôtre […] parce que j’ai vu Jésus vivant ! J’ai vu Jésus Christ ressuscité ! c’est cela le fondement de la foi de Paul, comme de la foi des autres apôtres, comme de la foi de l’Église, comme de notre foi », poursuit le Pape.

C’est cela la beauté du christianisme. « Dieu nous a pris, nous a saisi, nous a conquis pour ne plus nous laisser. Le christianisme est la grâce, la surprise et c’est pour cela qu’il suppose que l’on ait un cœur capable de s’étonner », explique François qui précise : « un cœur fermé, un cœur rationaliste est incapable d’étonnement et il ne peut pas comprendre ce qu’est le christianisme ».

Même en étant pécheur, nous pouvons aller sur notre sépulcre. « Nous en avons tous un en nous », déclare le Pape. « Aller là, et voir comment Dieu est capable de ressusciter de là » : « Dieu fait croitre ses fleurs les plus belles au milieu des pierres les plus arides ».

« Être chrétiens ne veut pas dire partir de la mort, mais de l’amour que Dieu a pour nous et qui a vaincu notre ennemi le plus implacable. Dieu est plus grand que le néant, et il suffit d’une chandelle allumée pour vaincre la plus obscure des nuits » a conclu le Pape. (XS)

(Tratto dall'archivio della Radio Vaticana)