Audience générale: «Marie-Madeleine est une apôtre de l'espérance»

2017-05-17 Radio Vatican

(RV) Le Pape François a poursuivi ce mercredi 17 mai ses catéchèses sur le thème de l’Espérance. Au cours de l’audience générale place Saint-Pierre, le Souverain pontife est revenu sur la figure de Marie-Madeleine, la première qui a vu le Christ ressuscité. Marie-Madeleine, que Jésus a appelé par son nom est une apôtre de l’Espérance a rappelé le Saint-Père. Le compte-rendu d’Olivier Bonnel

 

Marie-Madeleine est la première des femmes à arriver au tombeau de Jésus, elle qui le suivit en Galilée en se mettant au service de l’Eglise naissante. L’Evangile de Jean nous la décrit revenant déçue vers les disciples qui se cachaient, leur expliquant que la pierre tombale avait été roulée et que le corps de Jésus déplacé. Mais l’Ecriture raconte un second voyage de Marie-Madeleine vers le sépulcre, elle qui fut têtue a précisé le Pape, car elle n’était pas convaincue parce qu’elle avait vu. Son pas est alors lent, Marie-Madeleine souffre, avant tout pour la mort de Jésus et pour la disparition inexplicable de son corps.

C’est alors qu’en s’approchant du tombeau les yeux pleins de larmes que Dieu la surprend. Elle ne se rend pas compte de la présence de deux anges ni de Jésus qu’elle prend pour le jardinier. Et c’est lorsque Jésus l’appelle par son nom "Marie" qu’elle découvre l’évènement le plus déconcertant de l’histoire humaine.

De cet épisode, le Pape s’est réjoui que la première apparition du ressuscité se fasse sur un mode aussi personnel. « Il y a quelqu’un qui nous connait, a expliqué François, qui voit notre souffrance et notre désillusion, et qui s’émeut pour nous, nous appelle par notre nom».

Notre Dieu est un "rêveur"

Tant de personnes cherchent Dieu, mais ce qui est prodigieux est que Dieu avant tout se préoccupe de notre vie, il veut nous réconforter, et pour cela il nous appelle par notre nom. Chacun de nous est une histoire d’amour de Dieu, a insisté le Pape, il nous connait par notre nom, nous regarde, nous attend, nous pardonne, il est patient avec nous.

La joie de Marie-Madeleine reconnaissant le Christ ressuscité est bien réelle. «Cette résurrection de Jésus n’est pas, pour le chrétien, une petite joie quelconque, éphémère»  a encore expliqué le Saint-Père, elle est au contraire une cascade qui envahit toute notre vie.

«Notre Dieu n’est pas inerte, il est "un rêveur" a dit le Pape : il rêve la transformation du monde, et l’a réalisée dans le mystère de sa résurrection»

«Marie-Madeleine aurait voulu étreindre le Seigneur. Mais lui l’envoie porter la bonne nouvelle aux Apôtres, il l’a fait apôtre de la nouvelle et plus grande espérance. Au milieu des désillusions et des échecs que chacun porte dans son cœur, a conclu François, il y a un Dieu, tout près de nous, qui nous dit : cesse de pleurer, parce que je suis venu pour le libérer !» 

Le Pape François lors de cette audience a également salué «la fidélité de tant de femmes» qui se dévouent pendant des années dans les allées des cimetières, en souvenir des défunts, et qui continuent à aimer. Les liens «les plus authentiques» ne sont pas brisés par la mort, a-t-il souligné.

(OB) 

(Tratto dall'archivio della Radio Vaticana)