AMERIQUE/NICARAGUA - Retrait du projet de loi sur les fêtes mariales « patrimoine national » après l’opposition de l’Eglise

Managua – L'Assemblée nationale du Nicaragua a officiellement retiré le projet de loi portant sur la reconnaissance du caractère de « patrimoine national » aux célébrations en l’honneur de l’Immaculée Conception de la Très Sainte Vierge Marie, après que l’Eglise locale ait exprimé sa contrariété à cet égard dans le cadre de différentes interventions.
« Nous avons envoyé une lettre à la Présidence de la République présentant des points très spécifiques, qui montrent au gouvernement le caractère inopportun et inadéquat d’une décision de ce type dans la mesure où l’Immaculée Conception n’a besoin d’aucun décret pour être dans le cœur du peuple » a déclaré S.Exc. Mgr Juan Abelardo Mata Guevara, SDB, Evêque d’Estelli, Secrétaire général de la Conférence épiscopale du Nicaragua et porte-parole de cette dernière.
Cette intervention a confirmé la nette opposition de l’Eglise à l’encontre de l’initiative du gouvernement du Président Ortega consistant à déclarer « Patrimoine historique et culturel du pays » les célébrations mariales. Le projet de loi aurait dû être discuté hier, 5 décembre, par l’Assemblée nationale.
Selon les déclarations de Wilfredo Navarro, député sandiniste, et deuxième Secrétaire de l’Assemblée nationale, la proposition de l’exécutif visait à faire en sorte que les activités liées à la Neuvaine de l’Immaculée, à la fête de la « Griteria », célébrée le 7 décembre, à la fête de la Vierge du Trône de la commune d’El Viejo à Chinandega du 6 décembre et à celle du 8 décembre, Solennité de l’Immaculée Conception de la Très Sainte Vierge Marie, puissent être considérées comme patrimoine de la nation. « Ce qui est déclaré patrimoine culturel est la coutume du peuple Ce que nous faisons consiste à formaliser une fête que le peuple du Nicaragua a déjà » avait commenté Wilfredo Navarro.
La réaction à cette proposition de la part de l’Eglise catholique avait été immédiate et unanime. Pour Mgr Silvio Fonseca, Vicaire épiscopal chargé de la Famille, de la vie et de l’enfance de l’Archidiocèse de Managua, « ce serait triste qu’une tradition religieuse [envers la Très Sainte Vierge Marie] se réduise à une expression de culture ».
Selon la note envoyée à l’Agence Fides par le quotidien nicaraguayen La Prensa, S.Em. le Cardinal Leopoldo Brenes, Archevêque de Managua, a, lui aussi, rejeté le projet, en ce que la fête en l’honneur de l’Immaculée Conception de la Très Sainte Vierge Marie constitue une fête de l’Eglise catholique, qui appartient au monde et non pas à un pays. « Je pense qu’il serait bon de savoir ce qu’il y a derrière le décret parce que, honnêtement, je ne le sais pas » a indiqué le Cardinal Brenes, en soulignant que l’Episcopat n’avait pas été consulté par le gouvernement avant que ce dernier ne prépare et ne présente ce projet de loi, ce qui constitue, selon l’opinion publique de ce pays, un manque de respect envers l’Eglise au Nicaragua.