AMERIQUE/BRESIL - Les premiers martyrs du Brésil, exemples de dévotion eucharistique, de fidélité à l’Eglise et d’engagement missionnaire

Rio Grande do Norte – Une grande joie règne à Rio Grande do Norte après l’arrivée de la nouvelle selon laquelle le 15 octobre prochain se tiendra la canonisation des premiers Martyrs du Brésil, les Pères André de Soveral et Ambrosio Francisco Ferro, prêtres, Matteo Moreira, laïc et 27 de leurs compagnons, tués in odium fidei au Brésil le 16 juillet 1645 et le 3 octobre 1645. Hier, au cours d’un Consistoire ordinaire, le Pape François a déterminé la date de la canonisation qui sera célébrée à Saint-Pierre le 15 octobre prochain. La promulgation du Décret de canonisation avait eu lieu le 23 mars dernier.
Ainsi que l’indique la note parvenue à Fides en provenance de sources locales, non seulement à Cunhaú et Uruacu, mais dans tout le Rio Grande do Norte et dans de nombreuses autres villes du Brésil, les premiers Martyrs du Brésil sont priés, en particulier à chaque fois qu’est célébré un Congrès eucharistique ou la Solennité du Corpus Domini, en ce qu’ils ont toujours été considérés comme des exemples de dévotion eucharistique, de fidélité à l’Eglise et d’engagement missionnaire.
Telles ont été les paroles de Saint Jean Paul II lors de la Béatification des 44 martyrs, le 5 mars 2000 à Saint-Pierre, « en évoquant un rappel significatif à la célébration des 500 ans d’évangélisation du Brésil qui a lieu cette année . Dans ce vaste pays, les difficultés en matière d’évangélisation n’étaient pas des moindres. La présence de l’Eglise a été lentement affirmée au travers de l’activité missionnaire de différents ordres religieux et de prêtres du clergé diocésain. Les martyrs béatifiés aujourd’hui, qui sont de la fin du XVII° siècle, appartiennent aux communautés de Cunhaú et Uruacu du Rio Grande do Norte. André de Soveral, Ambrosio Francisco Ferro, prêtres et 28 de leurs compagnons appartiennent à cette génération de martyrs qui, en imprégnant de leur sang le sol national le rend fertile pour la génération de nouveaux chrétiens. Ce sont les premiers fruits de l’action missionnaire que ces premiers martyrs du Brésil. L’un d’entre eux, Mateus Moreira, s’est vu arraché le cœur alors qu’il était encore vivant mais il a eu encore la force de proclamer sa foi dans l’Eucharistie en disant : Louange au Très Saint Sacrement ».