Abus dans le diocèse de Lyon : réponse du père Lombardi à l'association "La parole libérée"

2016-03-15 Radio Vatican

(RV) Le père Federico Lombardi a réagi, ce mardi 15 mars 2016, à propos de la lettre publiée par l'association "La parole libérée", qui accuse les responsables du diocèse de Lyon, parmi lesquels le cardinal Philippe Barbarin en personne, d'avoir couvert les agissements d'un prêtre pédophile, pour des actes antérieurs de plus d'une décennies à la nomination du cardinal Barbarin dans le diocèse de Lyon.

«La lettre rendue publique par l'association "La parole libérée" revient sur une affaire de pédophilie survenue il y a des années en France, rappelle le père Lombardi dans un communiqué. Certes, tout abus sexuel sur mineur constitue un crime grave, dont les conséquences ne sauraient être sous-estimées, ni dans la durée ni dans la profondeur des effets. C'est pourquoi, au niveau universel comme en France, l'Église a développé depuis des années une prise de conscience avec un sens de responsabilité accru et des mesures en continuel renforcement.

Sur le cas évoqué, la justice française a récemment ouvert une enquête, dont il est opportun d'attendre le résultat. Quel qu'il puisse être, eu égard à son sens de la responsabilité, on doit manifester estime et respect envers le cardinal Barbarin. Ceci ne saurait être considéré comme une offense à l'endroit de qui que ce soit.

Il ressort du document rendu public que ses auteurs désirent être reçus par le Saint-Père. Or, en principe, la requête d'une audience papale privée ne passe pas par la presse. Sa publication tend évidemment à exercer une forte pression médiatique.

Jusqu'ici, les rencontres de victimes d'abus sexuels par les Papes se sont déroulées après qu'on se soit assuré du climat d'écoute et de dialogue nécessaire pour porter des fruits spirituels», conclut le père Federico Lombardi.

(CV)

 

 

(Tratto dall'archivio della Radio Vaticana)