À Genève, Mgr Jurkovič loue le rôle des religions dans la paix mondiale

2017-11-08 Radio Vatican

(RV) Mgr Ivan Jurkovič, observateur permanent du Saint-Siège auprès du bureau des Nations Unies à Genève, s’est exprimé le 7 novembre 2017 sur le rôle des religions dans le renforcement de la paix mondiale, lors d’un colloque international organisé par la Fondation culturelle islamique de Genève.

Des représentants de différentes religions et de missions diplomatiques auprès des organisations internationales et de l'ONU à Genève étaient présents. Plusieurs thèmes, comme «la famille abrahamique et les valeurs du vivre ensemble», «les religions face à l'extrémisme et au terrorisme» ou «le besoin de paix des sociétés», ont été débattus, afin de réfléchir collectivement à la paix sur la scène internationale.

La paix comme élévation culturelle, morale et spirituelle

«Le concept de paix n’est pas tout simplement l’absence de guerre, mais le résultat d’un processus de purification et d’élévation culturelle, morale et spirituelle de chaque personne, de chaque peuple», a affirmé Mgr Jurkovič.

Dénonçant les causes de la violence, comme le terrorisme, la piraterie, le fondamentalisme, qui remplissent l’actualité, le diplomate du Saint-Siège a également identifié «le capitalisme financier sans régulation, la compétition pour le pouvoir et la soif démesurée du profit», comme puits de violence.

Pour atteindre la paix concrète, «à la fois don messianique et fruit des efforts humains», il faut un engagement total de l’homme, a stipulé Mgr Jurkovič en rappelant que la paix concernait bien «l’intégralité de la personne humaine».  

 «Il reste nécessaire d’agir sérieusement dans le domaine du désarmement nucléaire et conventionnel. Nous n’avons pas de temps à perdre afin de développer une culture de paix», a-t-il lancé, après avoir loué les récurrents appels à la paix des Eglises et communautés religieuses.

Convertir les cœurs

C’est tout particulièrement le message du Pape François que Mgr Jurkovič a transmis, et notamment son appel à «une conversion des cœurs». «A tous ceux qui, par les armes, sèment la violence et la mort  redécouvrez votre frère, et arrêtez votre main!», a-t-il adressé.

C’est pourquoi, il est indispensable d’avoir un sentiment fort de solidarité globale entre les pays riches et les pays pauvres, orienté par un code éthique commun.

Dans son premier message pour la Journée mondiale de la Paix en 2014, le Pape François soulignait déjà que «non seulement les personnes, mais aussi les nations, devaient se rencontrer dans un esprit de fraternité».

 (DA)

(Tratto dall'archivio della Radio Vaticana)